Mercredi 20 Novembre, 2019

Des syndicalistes du MCI, en grève, dénoncent des actes de corruption

Des employés grévistes du ministère du Commerce et de l'Industrie continuent d'exiger de meilleures conditions de travail, des nominations et l'élimination de chèques zombis et de ceux octroyés à des bandits./Photo: Vant Bèf Info.

Des employés grévistes du ministère du Commerce et de l'Industrie continuent d'exiger de meilleures conditions de travail, des nominations et l'élimination de chèques zombis et de ceux octroyés à des bandits./Photo: Vant Bèf Info.

La grève des employés du ministère du Commerce et de l’Industrie, observée depuis lundi 22 avril, se poursuit. Les protestataires dénoncent les actes de corruption, des pratiques de malversations au sein de la boîte. La Planification, elle aussi paralysée, déplore de son côté l’ingérence de certains parlementaires dans les affaires de l’institution.

Les syndicalistes du ministère du Commerce, remontés contre des dirigeants et des responsable de l’État, maintiennent envers et contre tout leur position. Ils déplorent des pratiques de malversations et des cas de corruption. Des chèques accordés à des bandits qui sont au service de l’institution, des fonds décaissés pour des projets qui n’existent pas, des avantages octroyés à des parlementaires dans le budget du ministère, l’ingérence de certains élus dans les affaires de la boîte.

Ils continuent d’exiger de meilleures conditions de travail, des promotions qui respectent les règlements de l’administration publique, l’élimination des chèques zombis et ceux destinés à des bandits (Source : Le Nouvelliste).

Cet arrêt de travail observé depuis le lundi 22 avril et qui se poursuit jusqu’à ce que les revendications soient satisfaites, ne laisse pas indifférent le secteur privé des affaires. Georges Sassine affirme au quotidien que la paralysie des activités au sein du ministère du Commerce a entraîné de lourdes conséquences sur le secteur de la sous-traitance et sur celui de l’exportation.

Le président de l’Association des Industries d’Haïti a indiqué que plusieurs patrons d’entreprises commerciales sont actuellement dans l’impossibilité d’exporter des marchandises vers l’étranger, faute de permis et de visas que doit délivrer le ministère par voie électronique. Plusieurs containers sont bloqués au quai de Miami à cause de cela, a fait savoir M. Sassine, qui se dit de plus en plus inquiet de l’environnement instable des affaires. Ce qui pourrait davantage démotiver les investisseurs étrangers à faire affaire avec nous, a-t-il fait comprendre.

De plus, il dénonce l’indifférence des autorités concernées et compétentes qui n’ont rien fait pour trouver une solution à la crise.

La Planification dans la même impasse

Le ministère de la Planification et de la Coopération externe est aussi en grève : un groupe de syndicalistes a relevé certains cas de corruption et les ingérences malsaines de certains parlementaires dans les affaires du MPCE.

Lire : Des députés accusés d’ingérences malsaines dans la gestion du MPCE

Les employés grévistes pointent du doigt les sénateurs Wilot Joseph et Rony Célestin, les députés Ghandy Dorfeuille et Esaïe Prophète. Ces derniers sont accusés de faire pressions sur des hauts responsables afin d’exiger des avantages, de faire passer des projets et d’installer des employés sans aucun respect des lois régissant  l’administration centrale de l’État et la fonction publique.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :