Dimanche 23 Septembre, 2018

Des suspects intimidaient un témoin dans le scandale sexuel en Haiti

L’ONG britannique Oxfam a la vie dure depuis que le journal Times a porté au grand jour un scandale sexuel engendré par des membres de l'organisme, alors que ces derniers étaient en mission d'aide aux victimes du séisme dévastateur du 12 janvier 2010.

Gouttes à gouttes, d’autres facettes de cette affaire qui jette l’opprobre sur l’organisation caritative sortent du silence. Après l’épisode démasquant la pratique "sexe pour aide" dans laquelle se baignaient des employés d’Oxfam en Haïti, dont son Directeur Roland Van Hauwermeiren, l’on sait maintenant que des employés suspects, ont menacé physiquement un témoin alors que l'ONG enquêtait sur l’affaire.

C’est dans un rapport précédemment classé confidentiel, rendu public lundi par l’organisation elle-même que ces non-dits ont été soulignés. Par cette publication « exceptionnelle », Oxfam voulait se montrer « aussi transparente que possible » sur les décisions prises au cours de cette enquête « et en reconnaissance de l'abus de confiance qui a été causé », dit un communiqué de l’organisation.

Dans le rapport, il est révélé qu’un premier rapport a été émis à partir d’une enquête interne sur des cas d’inconduite et d’abus sexuels – dont utilisation de prostituées dans l’enceinte des espaces de l’organisation de bienfaisance -, de népotisme et de négligence.

Trois membres du personnel, suspects d’avoir violé le code de conduite de l’ONG, ayant pris connaissance de ce premier rapport ont intimidé physiquement l’un des témoins cités dans le document, dit Oxfam. Ils voulaient peut-être le faire taire.

« 3 des suspects ont menacé physiquement et intimidé l'un des témoins qui avaient été mentionnés dans le rapport », ce qui occasionné d’autres accusations d’intimidations contre ces mêmes trois membres du personnel, dit le rapport final d’Oxfam publié lundi.

La prochaine étape dans le cadre des démarches de l’ONG dont l'image n'est plus aussi nette qu'avant a pour cible l'État haïtien. Les responsables d’Oxfam font maintenant la cour au Gouvernement haïtien, s’excusant et cherchant à trouver un terrain d’entente.

Une rencontre a eu lieu ce lundi entre le gouvernement d'Haïti, via le ministre de la Planification et de la coopération externe, Aviol Fleurant, et le Directeur d’Oxfam pour la Caraïbe, Simon Ticehurst. Les excuses ont été au rendez-vous.