Samedi 20 Avril, 2019

Des réactions sur l’adresse à la nation de Jean-Henry Céant

L’adresse à la nation de Jean-Henry Céant suscite des réactions les unes les plus controversées que les autres dans la classe politique haïtienne. Le politologue Harry Jean exprime ses doutes quant à la possibilité que les mesures annoncées par le premier ministre Jean-Henry Céant puissent avoir des répercussions immédiates sur la situation actuelle du pays.

« Nous ne pouvons pas continuer à envisager des solutions cosmétiques dont certaines déjà prises par le passé n’ont eu que des conséquences négatives sur la production et l’économie nationales », martèle Harry Jean.

Le politologue fait valoir la nécessité pour les hommes et femmes politiques haïtiens, quelle que soit leur appartenance politique, de cesser de faire des promesses irréalisables à la population. Il les appelle également à adopter des dispositions afin de résoudre durablement les problèmes auxquels le pays se trouve confronté.

Pour l’économiste Éric Dessources, le message du chef du gouvernement  est une preuve que Jean-Henry Céant a entendu les revendications populaires. Toutefois, il a fait part des réserves sur l’application des dispositions annoncées.  

Éric Dessources plaide en faveur d’une politique de radicalisation qui, selon lui, pourrait déboucher sur des changements définitifs dans le pays.

L’accentuation de la crise politique aura des fortes répercussions sur l’économie nationale, pauvreté deviendra plus aigue, selon l’économiste Éric Dessources .Il fait remarquer que les secteurs du  tourisme  et de l’investissement seront parmi les plus affectés. En dépit de cette prévision, M. Dessources souligne que cette crise peut se transformer en opportunité si elle permet de crever l’abcès et de conduire à des véritables résolutions.

L’économiste Garry Coquillot se montre, lui aussi, sceptique en ce qui concerne la possibilité que les mesures annoncées par le chef de la primature soient appliquées. Cependant, il salue notamment celle relative à la transformation du fonds de développement industriel (FDI). Il y voit la possibilité qu’elle devienne en une véritable banque de développement pour contribuer à la relance et de l’économie ainsi que l’augmentation du salaire minimum.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :