Lundi 21 Octobre, 2019

Des réactions divergent sur le comité de facilitation du dialogue

Des réactions divergent sur le  comité de facilitation du dialogue interhaïtien

Des réactions divergent sur le  comité de facilitation du dialogue interhaïtien

Des acteurs politiques ont réagi à la création suivie de l’installation du comité de facilitation du dialogue interhaïtien. Alors que la démarche est désapprouvée par certains, d’autres la saluent.

Le responsable du parti Union nationale pour l'intégrité et la réconciliation (UNIR) Clarens Renois dénonce que le dialogue interhaïtien soit confié à des personnalités qui n’ont pas la notoriété et l’autorité nécessaires pour convoquer et rassurer les acteurs. Monsieur Renois dit douter quant à la réussite de cette nouvelle initiative. Il estime que la composition de cette structure justifie l’absence totale de volonté de la part du président Jovenel Moïse d’engager réellement un vrai dialogue pour résoudre la crise.

Le responsable du parti AKAO, Dr Junot Félix, désapprouve, lui aussi, la formation de ce comité de qui témoigne selon lui de l’absence de leadership et de compétence au niveau de l’équipe au pouvoir.

Dr Félix va plus loin en appelant toutes les forces vives de la nation à la concertation et à l’unité d’action afin d’offrir une alternative au pays et de contraindre le président Jovenel Moise, le Premier ministre Jean-Henry Céant et les parlementaires de démissionner.

De son côté, le président du parti Consortium national des partis politiques haïtiens, Jeantel Joseph, dit accueillir favorablement la mise en place du comité. Jeantel Joseph juge que le chef de l’Etat a fait le choix  de la voie de la sagesse en instituant ce comité. En ce sens, Jeantel Joseph invite les membres cette structure à se mettre à la hauteur question d’assumer cette responsabilité dite « énorme » à eux confiée.

Le parti Konvansyon Inite Démokratik, allié de l’équipe au pouvoir, appelle les acteurs à privilégier le dialogue et à répondre favorablement au comité fraichement institué à cet effet par le président Jovenel Moïse.

Le secrétaire général adjoint de la KID, Harry Toussaint, estime qu’il est impératif pour les protagonistes de s’attabler  et réfléchir aux solutions à apporter pour tirer le pays du gouffre où il se trouve actuellement.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :