Lundi 14 Octobre, 2019

Des politiciens dominicains proposent qu'Haïti soit défendu à l'ONU

Des politiciens dominicains propose que Haïti soit défendu à l'ONU. Diario Libre

Des politiciens dominicains propose que Haïti soit défendu à l'ONU. Diario Libre

Le 1er janvier dernier, la République Dominicaine a investi le Conseil de l’ONU en tant que membre. En même temps, il présidera ce dit conseil tout au long de ce mois. Le 3 janvier, le ministre dominicain des Affaires Etrangères, Miguel Vargas, a présenté les différents thèmes que son administration a choisi de débattre au cours du mois. Parmi eux se trouvent les « impacts et la sécurité causées par les catastrophes naturelles ou la dégradation de l’environnement ».

Les experts et les politiciens dominicains qui sont, vraisemblablement, satisfaits de ce choix plaident néanmoins pour le gouvernement aborde particulièrement le cas d’Haïti. Le président du Parti Révolutionnaire Moderne (PRM), José Ignacio Paliza, estime que ce sujet est une opportunité à saisir.

« Haïti est à l'ordre du jour depuis 2004, année de la création de la Minustah, qui a terminé son mandat en 2017, cédant sa place à la Minujusth (Mission d'appui à la justice en Haïti), pour une période de deux ans avec pour seul objectif de: Soutenir Haïti pour renforcer l'Etat de droit. À l'exception des contingents de police, la mission est basée exclusivement sur la capitale, Port-au-Prince », a-t-il commenté dans les colonnes d’un article de Diario Libre.

Pour Nathnael Concepción, Directeur de l’Observatoire politique dominicain, le problème d’Haïti est « fondamental » aux thèmes que vont débattre les dirigeants dominicains à l’ONU. Le développement et la sécurité d’Haïti revêtent d’une grande importance. Son effondrement, dit-il, menacerait « la paix et la sécurité internationale » et affecterait également la stabilité de la République Dominicaine.

Quant à l’expert dominicain en politique international, Iván Gatón, la République Dominicaine, à partir de de cette visibilité que lui offre sa présidence au sein du conseil, peut proposer un plan Marshall pour Haïti, car « l’élite haïtienne n’a aucun moyen de retirer ce pays de sa crise.

Gatón se réjouit que la République dominicaine a mis au centre de sa préoccupation la cybersécurité ainsi que le changement climatique. Pour lui, ce sont des thèmes qui font « le pilier » des sociétés actuelles lorsqu’on considère que le changement climatique fait plus de victimes que le terrorisme dans le monde.

Source: Diario Libre

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :