Samedi 24 Août, 2019

Des policiers impliqués dans la tuerie de La Saline, selon le RNDDH

ARCHIVES AFP

ARCHIVES AFP

Plusieurs policiers dont Jimmy Cherizier, affecté à l’UDMO, ainsi que d’autres agents proches de la Base Pilate opéraient aux côtés des gangs armés lors des récents évènements sanglants survenus en novembre 2018 à La Saline, selon un rapport du RNDDH, parvenu à la rédaction de Loop Haiti.

Troublantes révélations du Réseau National de Défense des Droits Humains, RNDDH, qui a conduit une enquête sur la tuerie de La Saline lors des affrontements survenus les 1er et 13 novembre 2018 entre gangs armés.

Selon un rapport parvenu ce lundi matin à la rédaction de Loop, l’organisme dirigé par Pierre Espérance a révélé que le 1er novembre, « cinq personnes ont perdu leur vie et neuf autres ont été blessées par balles dont Hervé Bonnet Barthélémy », hospitalisé à l’hôpital Bernard Mevs. « Des habitants du Projet La Saline et de ses environs, dont le gang attitré était alors dirigé par Julio PYRAM alias Kiki et Hervé Bonnet BARTHELEMY alias Bout Janjan, célébraient la fête de la Toussaint lorsqu’ils ont été surpris par des gangs armés de la Base Nan Chabon dirigé par Serge ALECTIS alias Ti junior et de Kafou Labatwa dirigé par Félix PYRAM alias Toutou Number One », mentionne RNDDH.

Le 13 novembre, sur les 73 victimes recensées par le Réseau, suite aux informations recueillies des habitants des quartier et des familles affectées par la tuerie, « 59 personnes ont été assassinées, deux (2) personnes sont portées disparues et cinq (5) personnes ont été blessées par balles. De plus, sept (7) femmes ont été violées », conclut le rapport porté, plus particulièrement sur la période allant de 18 à 28 novembre.

« Dans la soirée du 13 novembre, des individus armés, tous membres de la Base Nan Chabon dirigée par Serge ALECTIS alias Ti Junior se sont introduits dans au moins cent cinquante (150) maisons localisées, entre autres, au Projet La Saline, à la Rue Desmangles et à la Rue du Quai. Ils ont arraché des hommes et des femmes de leur foyer pour les exécuter en pleine rue. Certains ont été décapités, d’autres hachés en petits morceaux et certains autres, fusillés. De nombreux cadavres ont aussi été carbonisés. Pour opérer cette descente des lieux, la Base Nan Chabon était accompagnée », toujours selon le RNDDH..

Et plusieurs policiers opéraient aux côtés des gangs, poursuit l'organisme. Parmi eux, Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue. Selon la version des autorités policières rencontrées dans le cadre de l’enquête, cet agent de l’UDMO avait été convoqué deux fois par l’Inspection générale de la PNH mais ne s’est jamais présenté.

Quant au policier Grégory Antoine, alias Ti Greg, affecté à la sécurité du délégué départemental de l’Ouest Joseph Pierre Richard Duplan, « il était déjà l’objet d’une enquête menée par l’Inspection Générale de la PNH en raison de son implication dans un assassinat perpétré à Saint-Jude, une localité de Carrefour-Feuilles, lit-on dans le rapport. Convoqué à plusieurs reprises, il ne s’est jamais présenté à l’Inspection Générale de la PNH. Il est considéré comme un fugitif. Il ne reçoit d’ailleurs plus son chèque ».

Grégory Antoine, rencontré dans le cadre de l’enquête, nie son implication dans ce qui s’est produit à La Saline le 13 novembre.

Le RNDDH affirmait, par ailleurs, être dans l’impossibilité de joindre le policier Jimmy Cherizier et le DG-PHTK du ministère de l’Intérieur, Fednel Monchéry, à qui l’on « reproche d’avoir participé à la planification des événements sanglants du 13 novembre 2018 et d’avoir fourni des armes et des véhicules de l’Etat à des membres de gangs armés pour la perpétration de l’attaque ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :