Mercredi 23 Octobre, 2019

Des peintres et sculpteurs Haïtiens exposés dans un musée en Chine

Environ une cinquantaine d’œuvres de peinture et de sculpture exposées jusqu'au 17 février 2019 au Tiandi Art Center, un musée chinois qui sert de vitrine pour une palette d'artistes issus de Port-au-Prince et de la diaspora.

Environ une cinquantaine d’œuvres de peinture et de sculpture exposées jusqu'au 17 février 2019 au Tiandi Art Center, un musée chinois qui sert de vitrine pour une palette d'artistes issus de Port-au-Prince et de la diaspora.

Une flopée d’artistes peintres et sculpteurs Haïtiens sont exposés au Tiandi Art Center, situé au cœur de Pékin, la capitale de Chine. Depuis jeudi 20 décembre, leurs œuvres, au nombre d’une cinquantaine et couvrant la période allant de 1948 à 2018, ont touché le marché chinois de l’art et séduisent les visiteurs de ce musée ouvert il y a plus d’un an. L’expo se poursuit jusqu’au 17 février 2019. 

Sous l’impulsion du Bureau de Développement Commercial de Chine en Haïti, soutenu par l’Académie Centrale des Beaux-arts de Pékin et l’Association du peuple chinois pour l’amitié entre les pays étrangers, cette exposition baptisée « Art d’Haïti : 1948-2018 », parcourt une belle tranche de l’histoire de l’art unique haïtien, témoigne du foisonnement des œuvres révélatrices d’une forte culture et identité caribéennes. Cette expo a drainé, lit-on dans M.P.Weixin.QQ.com, une foule de professionnels chinois de l’art et d’acteurs-partenaires dont Gao Hong, Secrétaire de l'Académie centrale des beaux-arts, Ji Yongjun, conseiller du département américain des affaires étrangères, le commissaire latino-américain Zhang Yuanwei.

Parmi les artistes haïtiens exposés au Tiandi Art Center, on compte Maksaens Denis, Gregory Vorbe, Michaelle Rigaud, André Eugène, Gilbert Benjamin, Jeanne Marie H. Barjon, Mario Manfred, tous présents à la cérémonie d’ouverture. Selon Ji Yongjun, « Haïti jouit d'une culture remarquable, a apporté une contribution au développement et au progrès humains, a également inspiré l'art ». Il a remercié les artistes de Chine pour leur travail acharné à promouvoir la coopération entre les deux pays dans les domaines de la peinture et de l'art, en renforçant la compréhension mutuelle et en contribuant à l'amitié entre les deux peuples. 

Dans son discours, Gao Hong a expliqué l'origine de l'exposition: pendant les vacances d'été, Wu Xiaohai, enseignant à l'Académie centrale des beaux-arts, s'est rendu en Haïti et s'est plongé profondément dans l'espace de création et de vie des artistes Haïtiens, se lamentant sur l'environnement artistique unique en Haïti.

 

 

« Chaque Haïtien est un artiste endormi », déclare la conservatrice Marie Antoinette Michel Rigo. Haïti est aujourd’hui un pays pauvre, mais aux cultures et aux artistes très divers. Chaque Haïtien a un talent artistique qu’il s’agit de peinture, de sculpture, de littérature ou de danse. Le développement de la peinture haïtienne reflète l’histoire d’Haïti. Nous pouvons trouver la simplicité, le primitivisme, le modernisme traditionnel, l’art abstrait et conceptuel, l’installation, l’art multimédia, ainsi que des traces d’œuvres d'art recyclées qui permettront de comprendre la culture de cette partie de l’île, son art et son approche artistique diversifiée.

 

Gao Hong a déclaré que cette année coïncidait avec la création, depuis un siècle, de l'Académie centrale des Beaux-Arts dont la mission est de faciliter et de renforcer des échanges mondiaux entre artistes du monde entier, de créer un pont d’amitié entre la Chine et d’autres pays, d’intégrer différents arts dans le paysage artistique chinois. 

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :