Vendredi 10 Juillet, 2020

Des parlementaires haïtiens en Europe, pour évaluer des ambassades

A droite, le président du Sénat, Carl Murat Cantave/ A gauche, le député Alfredo Antoine...

A droite, le président du Sénat, Carl Murat Cantave/ A gauche, le député Alfredo Antoine...

Le président du Sénat de la République, Carl Murat Cantave, se rendra à Londres pour évaluer le personnel de l’ambassade d’Haïti dans cette ville. Cette visite aura lieu du 17 au 21 décembre. Dans la foulée, des députés s’envoleront pour la France du 18 au 26 décembre pour superviser le fonctionnement de l’ambassade d’Haïti à Paris. Des voyages qui suscitent pas mal de réactions sur les réseaux sociaux.

« Oui. Je serai à Londres, en Angleterre. La lettre est authentique, et c’est ma signature. J’assume », a répondu Carl Murat Cantave, lors d’une entrevue accordée à Radio Magic 9, ce jeudi 12 décembre. Par ces propos, le président du Sénat de la République confirme l'authenticité d'une lettre circulant depuis le début de cette semaine.

En effet, dans une note adressée à la questure du grand corps, l’élu de l’Artibonite a informé cette entité qu’il se rendra à Londres, accompagné de son conseiller politique, Chatelier Roudy, dans le cadre d’une mission. A travers cette correspondance datée du 5 décembre, le sénateur Cantave avait invité la questure du Sénat de « prendre les dispositions administratives et financières afin d’assurer le séjour du président et de son accompagnant ».

« Un voyage dans une mission diplomatique, pourquoi pas la commission des affaires étrangères ? Pourquoi à Londres et non en République dominicaine ou une autre mission diplomatique ? », des questions auxquelles le sénateur a tenté de répondre durant cette entrevue. « On peut se déplacer pour des missions. Je suis le président [du Sénat]. Donc, je peux aller évaluer une mission diplomatique à l’étranger. Je vais représenter les sénateurs », a déclaré Cantave pour justifier ses prochains déplacements.

A en croire le parlementaire, l’ambassade d’Haïti à Londres a été « choisie au hasard ». De combien d’employés dispose cette ambassade ? Son personnel, fait-t-il correctement son travail ? Est-t-il nécessaire pour l’Etat de garder ou financer cette mission diplomatique ? Autant de questions pour lesquelles le père conscrit veut avoir des réponses. Le parlementaire indique que « ce voyage sera réalisé avec l’accompagnement du ministère haïtien des Affaires étrangères (MAE).

« En tant que président [du Sénat], je vais faire le travail du Sénat, qui est actuellement dysfonctionnel », a-t-déclaré, soulignant qu’il ne s’agira pas d’une balade, comme veulent le faire croire certains, notamment sur les réseaux sociaux.

Entretemps, des informations supplémentaires arrivent dans les médias. Dans les médias sociaux, un pro forma datant du 9 décembre dernier, circule. Dans ce document, il est mentionné que ce voyage du sénateur Cantave, devrait coûtee au grand corps, plus de 1.6 millions de gourdes, soit plus de 818 mille gourdes par personne.

Parallèlement, une délégation composée de neuf (9) députés quitteront également Haïti le 18 décembre, en direction de Paris, en France, pour superviser le fonctionnement de l’ambassade d’Haïti dans ce pays. Cette délégation qui sera présidée par le député Alfredo Antoine, passera huit (8) jours sur la terre française. Il sera question également pour ces parlementaires, de s’enquérir sur la situation des Haïtiens immigrés en France.

« Ce ne sera pas un voyage de croisière », a justifié le député de Kenscoff. Pour Alfredo Antoine, « il n’y a rien d’illégale dans cette démarche ». Le parlementaire donne la garantie que ce voyage sera bénéfique pour le pays. Notons que dans une correspondance en date du 11 décembre, le ministère haïtien des Affaires étrangères a déjà informé l’ambassade d’Haïti du séjour des membres de la délégation parlementaire.

Carl Murat Cantave à Londres, des députés à Paris, des voyages qui suscitent des commentaires négatifs sur les réseaux sociaux. Pour certains, « c’est de la pure méchanceté ! ». « Nou konprann yo pa ban nou anyen regle pou nou », a réagi sur Facebook, le journaliste Gaspard Dorélien qui s’interroge sur les vraies priorités de l’Etat haïtien, alors que, rappelle-t-il, des fonctionnaires ne peuvent pas recevoir leur salaire.

Pour d’autres, ces élus ne prennent pas en compte la situation socioéconomique difficile que traverse actuellement le pays. « Manda ap fini an Janvye. Se tankou yo se dènye jenerasyon ki ap pase nan peyi a ! », a écrit pour sa part Ralph Emmanuel François, spécialiste en stratégie en persuasion et communication politique. A travers des publications sur Facebook ou sur Twitter, plusieurs internautes s’en prennent aux députés et sénateurs qui, selon eux, « travaillent au profit de leurs intérêts personnels, aux détriments des intérêts de la nation ».

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :