Dimanche 15 Septembre, 2019

Des organismes de droits humains condamnent les brutalités policières

Un manifestant, victime d'actes de violences, couché au sol lors des manifestations du dimanche 9 juin lancées par des petro challengers à travers le pays./Photo: Loop Haiti

Un manifestant, victime d'actes de violences, couché au sol lors des manifestations du dimanche 9 juin lancées par des petro challengers à travers le pays./Photo: Loop Haiti

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont dénoncé, entre autres, les actes de brutalités commises lors des manifestations du dimanche 9 juin par des unités spécialisées de la PNH et déplorent, dans un communiqué conjoint, le fait que ces forces de l’ordre ont agi en dehors des règlements intérieurs régissant le fonctionnement de l’institution.

Cinq organismes de défense des droits de l’homme ont, dans une note conjointe en date de ce mardi 11 juin transmise à la rédaction, élevé leur voix contre les actes d’agressions physiques et les brutalités commises par des agents des forces de l’ordre contre des manifestants les dimanche 9 et lundi 10 juin.

Ces organisations ont dénoncé plusieurs actes de violence dont "l’exécution sommaire de quatre manifestants par des agents de la PNH, les brutalités des cinq agents de l’UDMO à l’encontre du manifestant lapidé à coups de pierre non loin de la résidence de Jovenel Moïse, l’agression perpétrée par le responsable de l’USGPN, Dimitri Hérard, sur deux chauffeurs de motocyclettes, blessés par balles". Elles déplorent aussi l’usage abusif des bombes lacrymogènes et le déploiement des agents de l’USGPN dans les rues de la capitale, l’attaque contre plusieurs journalistes.

Dans la foulée, les signataires dénoncent les attaques perpétrées par des individus non identifiés contre des médias dont les locaux de la Radio Télé Guinen (RTG) ainsi que l’assassinat par balles du journaliste de RTSF, Pétion Rospide.

Tout en dénonçant les actes de pillages et de casses commis par des manifestants, ces organisations invitent l’inspection générale de la police nationale à enquêter sur les bavures policières. Elles appellent la population à maintenir la mobilisation de manière pacifique et de ne pas, en même temps, s’attaquer aux biens et vies d’autres citoyens sous prétexte que ces derniers sont proches du pouvoir en place.

Organisations signataires

Programme pour une alternative de justice (PAJ), Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE), Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Commission épiscopale nationale justice et paix (CE-JILAP), Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH).

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :