Mardi 25 Juin, 2019

Des jeunes de la Saline remettent volontairement des armes à la PNH

Illustration d'armes à feu en Haiti. Photo: Pinterest

Illustration d'armes à feu en Haiti. Photo: Pinterest

Des jeunes de la Saline ont volontairement remis une dizaine d’armes à feu, des chargeurs et de cartouches à la PNH. Une remise volontaire qui a été facilitée grâce à la fondation Lukson Janvier au marché de la Croix-des-Bossales en présence notamment des responsables du commissariat de Port-au-Prince, de la Police communautaire et de juges de paix.

Sous les auspices de la fondation Lukson Janvier, une dizaine d'armes à feu, des chargeurs et des cartouches ont été remis à la PNH. La cérémonie de remise s'est tenue ce jeudi à l’intérieur du marché de la Croix-des-Bossales en présence notamment des responsables du commissariat de Port-au-Prince, de la Police communautaire et des juges de paix.

« Il s'agit de la résultante d'un dialogue franc et permanent entre la fondation Lukson Janvier et des jeunes armés du quartier de la Saline", se réjouit le président de la Fondation, un ancien candidat à la députation pour la 1ère circonscription de Port-au-Prince.

La police communautaire dit saluer cette initiative de la Fondation. Selon le responsable adjoint de cette Unité de la PNH, l'inspecteur Jhimmy François, « la question de désarmement devient désormais une nécessite pour le pays ». L'inspecteur Jhimmy Francois indique que la police est prête à accompagner et s'impliquer à fond dans les processus de désarmement au niveau de certains quartiers dites de non droits.

Toutefois, l'officier de police exhorte l'Etat haïtien à jouer sa partition, notamment dans le volet de réinsertion. Une stratégie qui entre dans la philosophie de plusieurs spécialistes et personnalité de la société civile. Le spécialiste en Police et Sécurité Publique dans plusieurs prise de parole avait souligné que « le contexte actuel n’exige pas un désarmement par la force, le tenter traduirait un manque de maitrise de la réalité socio-politique ».

Il déconseille au président Jovenel Moïse de réactiver la Commission Nationale de Désarment, de Démantèlement et de Réinsertion comme il l’a annoncé dans son adresse à la nation récemment.

Le Dr Cadet argue « qu’aucun gouvernement ne peut espérer désarmer des bandits, l’approche doit être plus structurante et globale avec des stratégies qui impliquent toutes les composantes de l’Etat ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :