Mardi 22 Octobre, 2019

Des Haïtiens protestent contre un concert de Martelly prévu à Montréal

L'ex président haïtien, Michel Joseph Martelly

L'ex président haïtien, Michel Joseph Martelly

La communauté haïtienne montréalaise proteste contre la tenue, à Montréal, d'un concert de Michel Martelly prévu le 22 mars prochain, rapporte TVA Nouvelles.

D'ailleurs, informe TVA, "une manifestation est prévue le jour" du spectacle qui doit se tenir dans un hôtel du boulevard Robert-Bourassa. Une lettre dénonçant la venue de l'ex-chef de l'Etat est aussi en circulation et est envoyée au Premier ministre Justin Trudeau.

« C’est sous le mandat de Martelly que près des deux tiers des 4 milliards de dollars du fonds de Petrocaribe ont été dilapidés, des fonds qui devaient servir à des programmes sociaux qui auraient pu améliorer les conditions de vie des Ayitiens, et en particulier des Ayitiennes'», écrivent les protestataires dans la lettre portant la signature de, entre autres, Frantz André qui est membre du comité d'action des personnes sans statuts.

Ces Haïtiens soulignent aussi que Martelly a été élu président d'Haïti à la suite d'élections frauduleuses en 2010. Ils reprochent également au chanteur de Sweet Micky d'être responsable, lors de son mandat à la tête d'Haïti, de la dégradation des conditions de vie de la population, de la hausse du niveau d'endettement du pays entre autres.

« Connu pour sa misogynie et ses appels au viol de femmes haïtiennes, Martelly croit pouvoir continuer sans être inquiété à profiter de l’argent volé au peuple haïtien tout en reprenant sa carrière de chanteur obscène! Le 22 mars, les membres de la diaspora haïtienne, les féministes, les allié.e.s, frères et sœurs du peuple haïtien sont appelé.e.s à lui dire qu’il n’est pas le bienvenu à Montréal ou nulle part ailleurs au Canada! », poursuivent les co-signataires.

Il n'y a pas encore de réaction de la part du promoteur du spectacle Bass Mint Entertainment.

Via son groupe Sweet Micky, Michel Martelly a pu, malgré les mises en garde du sénateur Jean Marie Salomon, ouvrir le premier jour gras des festivités carnavalesques dans la commune des Cayes (sud d'Haiti) le dimanche 3 mars dernier.

Son char a fait l'objet de jets de pierres durant la première soirée. Mais l’ancien président Martelly a pu animer, sur invitation du maire démissionnaire de la commune, Gabriel Fortuné, les trois jours gras et a été accompagné d’une foule immense scandant ses slogans habituels.

Dans une intervention sur Scoop FM, le lendemain du premier gras, l'ex-chef de l'Etat a émis maintes attaques contre le quotidien Le Nouvelliste qu'il accuse d'avoir marchandé sa ligne éditoriale auprès de lui.

Dans un éditorial, Le Nouvelliste a rejeté ses accusations et dit "se réserve[r] le droit d’intenter une action en justice en vue de sommer Monsieur Michel Martelly de produire les preuves des tentatives de chantage, des paiements et les copies des articles complaisants commandités par ses soins ou par les institutions à ses ordres pendant la période où il avait la haute main sur les milliards du Trésor public."

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :