Lundi 24 Septembre, 2018

Des féministes manifestent à Port-au-Prince, à l’occasion du 8 mars

Cinq organisations de défense des droits des femmes - Kay Fanm, SOFA, Fanm Saj, Asosyasyon fanm soley dAyiti (AFASDA) et la Fondation Toya, ont manifesté, à Port-au-Prince ce 8 mars en vue de commémorer la date.

La marché pacifique avait pour cible sept stations dont le Palais national, la Primature, le Parlement, le Ministère de la Justice et l’Office de la protection des citoyens (OPC).

Tout au long de leur chemin, les déléguées des cinq entités précitées ont brandit des pancartes, scandé des chants et émis de courts messages pour dénoncer notamment la violence faites aux femmes et la diminution considérable du nombre de femmes et de jeunes au sein de l’administration publique haitienne.

 

« Chaque stop se fait devant une institution ayant un rôle spécifique dans la question des droits de la personne en Haiti », a spécifié Danièle Magloire, sociologue et militante des Droits humains ayant répondu aux questions de la rédaction à l’occasion.

Elle soulignait dans un court entretien avec Loop Haiti, le fait que les jeunes, majoritaires dans le pays, ainsi que les femmes, véritables moteurs de développement, n’aient pas la place qu’ils méritent dans le système.

Elles ont, dans la foulée, pointé du doigt le fait que les femmes-cadres sont trois fois moindre que les hommes, dans les institutions étatiques dans le pays.

Danièle Magloire figure sur la liste « personnes pour l’égalité » de l’Ambassade du Canada en Haiti, pour son engagement dans la lutte féministe en Haiti.