Samedi 24 Août, 2019

Haiti: des étudiantes victimes de viols en revenant de leur université

Des cas de viols sur des étudiantes d'universités ont été recensés, il y a quelques jours, dans la zone métropolitaine/Photo: Loop Haiti.

Des cas de viols sur des étudiantes d'universités ont été recensés, il y a quelques jours, dans la zone métropolitaine/Photo: Loop Haiti.

Les actes de viol dont sont victimes plusieurs étudiantes d’universités ont déjà soulevé une pluie de réactions des internautes. Des membres d’organisations féministes déplorent ces agressions sexuelles et demandent aux jeunes femmes de jouer la carte de la prudence et de la vigilance.

Le débat sur les violences sexuelles revient sur le tapis et anime cette semaine la toile : de nombreux internautes, la plupart très proches des victimes, affirment que plusieurs étudiantes sont attaquées par des malfrats et par la suite violées dans les parages de leurs centres universitaires en revenant des salles de cours. Pour l’heure, la rédaction n’est pas en mesure de recenser le nombre exact de cas mais Quisqueya en a déjà enregistré deux, survenus le 17 mai dernier.

« Ce soir-là, il pleuvait des cornes et je sortais de mon cours de 7h30. Les taxis étant absents vu l’heure tardive, j’ai dû emprunter le chemin du retour en commençant par la pente de l’UniQ qui était bien plus sombre. J'étais accompagnée d’une amie, nous étions à mi-chemin quand nous avons brusquement été arrêtées par des hommes armés. Nous avons vécu un cauchemar. Certes nous avons été dépouillées, mais le plus déplorable fut le non-respect de notre dignité et de notre intimité si souvent minimisée », a craché une des victimes sous couvert d’anonymat.

« Qui aurait pu dire que ce chemin que j’emprunte depuis des années pour me construire une carrière serait le même qui m’enlèverait toute once d’humanité ? Je me sens sans vie : j’ai honte. J’ai peur de ces hommes que je ne connais mais par-dessus tout j’ai peur de vous, de cette société… », a-t-elle martelé.

Des mesures

Suite à une réunion tenue entre le rectorat de l’UniQ et les responsables du sous-commissariat de police du Canapé-vert, des mesures ont été prises afin d’assurer la sécurité dans le périmètre du campus. « Une patrouille du sous-commissariat fera des rondes régulières dans le quartier, des lampadaires ainsi que des caméras de surveillance seront installés dans le voisinage immédiat de l’université », lit-on dans une note signée du recteur Jacky Lumarque.

Il est vivement conseillé aux étudiant(e)s désireux de quitter le campus de se regrouper par 8 ou 10, en vue de réduire les risques de se faire attaquer à la sortie du local.

Dans un communiqué parvenu ce mercredi soir à la rédaction de Loop, la Primature a pour sa part annoncé que « plusieurs organes au niveau de l’État, interpellés par ces nouveaux sommets de la délinquance, se sont déjà engagés pour une solution urgente à ces faits qui répugnent la conscience nationale ».

Plusieurs unités de la PNH ont été instruites de prendre de nouvelles dispositions pour corriger cette dérive inacceptable, poursuit la note en date du 21 mai.

Des membres d’organisations féministes se disent eux aussi consternés par cette pratique abjecte, dans un pays où la violence côtoie l’impunité. Pascale Solages, militante et membre de Nègès Mawon, a exprimé sa colère contre ces actes et en même temps sa solidarité envers les victimes. « Anpil jèn fanm pap pote plent paske yo pè, yo wont, yo pa fè jistis ak otorite peyi a konfyans, yo p ap afwonte lasosyete k ap fè yo viktim 2 fwa e anpil fwa pa gen mo ki ka eksprime sa k anndan w, sa w santi, sa w ap viv », a lâché la féministe sur son compte Facebook, réclamant, au nom des victimes, justice et réparation.

La lutte contre le viol et toutes formes d’agressions sexuelles devrait être, selon elle, un engagement citoyen et doit interpeller les responsables concernés de ce pays et toutes les couches de la société. « Sispann konplis! Sispann fè silans! Sispann iresponsab! Sispann mechan! Sispann ensansib! Medam, FÒS! », a-t-elle scandé.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :