Lundi 17 Juin, 2019

Haïti: des écolières formées pour surmonter les tabous de la société

Des écolières formées pour mieux surmonter les tabous de la société/ Photo: Jésula Simon

Des écolières formées pour mieux surmonter les tabous de la société/ Photo: Jésula Simon

« Avoir sa menstruation n’est pas une période de honte, d'angoisse, d'isolement et de risques sanitaires contrairement aux idées reçues »

« Derasinen vyolans sou tifi, jèn fi, dwa timoun yo konte pou yon devlopman dirab an Ayiti », c’est autour de ce thème qu’a été organisée une journée de formation à l’intention des filles, vendredi 24 mai 2019 à Mon Repos 44. Il s’agit d’une initiative de Rezo Fanm Kapab Dayiti (REFKAD) visant à sensibiliser des jeunes filles sur leurs droits ainsi que sur des stratégies à utiliser pour surmonter les stigmatisations dont elles sont l’objet au sein de la société.   

Plusieurs dizaines d’écolières et d’écoliers venant de différentes institutions scolaires de la commune de Carrefour ont pris part à cette journée de formation organisée en prélude à la journée mondiale de l'hygiène menstruelle célébrée en date du 28 mai 2019. L’une des intervenantes à cette journée de formation, Josette Massillon, a particulièrement abordé la question liée à la violence dont les jeunes filles sont victimes en milieu scolaire. Elle a cité notamment les modes de sanctions infligées aux enfants ainsi que des cas de viol enregistrés dans les écoles dans le pays.

Pour faire face aux violences basées sur le genre en milieu scolaire, Madame Massilon a inculqué aux écolières les différentes démarches à entreprendre. Les enfants doivent informer leurs parents et demandent à ce qu’elles soient emmenées à un centre hospitalier après un cas de viol, a indiqué Josette Massillon.

La coordonnatrice de REFKAD, Nadine Anilus a, quant à elle, dans sa présentation, mis l’accent sur la nécessité que les jeunes filles brisent les tabous liés à leur menstruation. « Avoir sa menstruation n’est pas une période de honte, d'angoisse, d'isolement et de risques sanitaires contrairement aux idées reçues », a-t-elle indiqué.

Elle a conseillé aux jeunes filles des comportements à adopter lorsqu’elles ont leurs règles. Dans le même temps, elle plaide pour un meilleur accès aux protections hygiéniques en faveur des jeunes filles en Haïti.

L’une des écolières qui participaient à cette journée de formation, Julie Bastien, s’en est réjouie. Elle croit que désormais elle est mieux armée contre des violences dont elle et d’autres jeunes filles de son entourage pourraient être victimes. Julie affirme qu’elle est prête à sensibiliser ses camarades filles sur la nécessité de dénoncer leurs agresseurs si elles sont victimes de violence basées sur le genre.

Ildérice Jean Wilguens, un élève du nouveau secondaire III au Collège Louverturien se dit contre les violences sur toutes ses formes. Il remercie le Rezo Fanm Kabap Dayiti qui a organisé cette activité qu’il juge louable et qu'il souhaite voir se poursuivre.

REFKAD est une organisation de femmes créée en 2010. Elle se propose de faire la promotion du respect des droits des enfants notamment des jeunes filles.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :