Lundi 23 Septembre, 2019

Dermalog: une plainte contre Martine Moïse et d’anciens ministres

La Première dame, Martine Moïse/ Photo: Page Facebook de la Martine Moïse

La Première dame, Martine Moïse/ Photo: Page Facebook de la Martine Moïse

« Il est évident que ce contrat paraphé en violation de la constitution, de la loi des finances et celle sur la passation des marchés publics est une vaste opération de corruption », s’insurge le secrétaire général du collectif ensemble contre la corruption, Me Gédéon Jean.

Plusieurs militants politiques alliés de l’opposition ont déposé, lundi 19 août, une plainte au cabinet d’instruction près le tribunal de première instance de Port-au-Prince contre la Première dame Martine Moise, l’ex-Premier ministre Jack Guy Lafontant, le ministre démissionnaire de la justice et de la sécurité publique, Jean Roody Aly, les anciens ministres Jude Alix Patrick Salomon et Heidi Fortuné, le directeur général de l’Office National d’Identification, Jude Jacques Élibert et comparses.

Les concernés sont accusés notamment de détournement de fonds publics, de trafics d’influence, d’abus de fonction, d’association de malfaiteurs et de violation de la loi sur la passation des marchés publics dans le cadre de la signature du contrat entre la firme allemande Dermalog et l’Etat haïtien pour la fabrication des cartes d’identification.

Ce sont au total 15 plaignants qui s’étaient rendus au palais de justice malgré les fortes détonations d’armes à feu. Ils ont tous signé la plainte préparée par leur avocat Maitre Marc Antoine Maisonneuve contre l'épouse du chef de l’Etat, Jack Guy Lafontant, Jean Roody Aly et d'autres anciens ministres.

Etzer Jean Louis et Édouard Saint-Fleur, deux des plaignants ont indiqué que cet acte constitue une stratégie en vue de contrecarrer la corruption qui gangrène le pays. Ils préviennent qu’ils sont déterminés à aboutir leur action.  

Cette plainte après être acheminée par le greffe au doyen du tribunal, Maitre Bernard St-Vil, sera l’objet d’une instruction conformément à la loi.

Le directeur du Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH), Me Gédéon Jean, salue la plainte de ce groupe de citoyens. D’ailleurs, il estime que la démarche est justifiée. « Il est évident que ce contrat paraphé en violation de la constitution, de la loi des finances et celle sur la passation des marchés publics est une vaste opération de corruption », s’insurge le secrétaire général du collectif ensemble contre la corruption.

Me Gédéon formule le vœu que la justice donne suite à cette plainte.

Soulignons que le président de la commission éthique et anti-corruption de Sénat de la République Youri Latortue est, maintes fois, monté au créneau pour dénoncer les irrégularités enregistrées dans la signature du contrat de Dermalog. La commission qu’il préside avait soumis un rapport au grand corps où est révélée la commission de nombreuses malversations au détriment du trésor public dans cette affaire. 

Récemment, l’élu de l’Artibonite avait avancé que ce dossier pouvait constituer une mine de preuves pour mettre en accusation le président de la République Jovenel Moïse.   

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :