Vendredi 18 Octobre, 2019

Démission: cette structure accorde jusqu’à 6 juillet à Jovenel Moïse

"Nou pap konplis" donnent un délai d'un mois jusqu'à samedi 6 juillet au chef de l'Etat pour qu'il quitte le pouvoir./Photo: Facebook

"Nou pap konplis" donnent un délai d'un mois jusqu'à samedi 6 juillet au chef de l'Etat pour qu'il quitte le pouvoir./Photo: Facebook

Les Petrochallengers regroupés au sein de la structure « Nou pap konplis », donnent à Jovenel Moïse un délai d’un mois pour qu’il démissionne de son poste de président de la République. Le chef de l’État a jusqu’au samedi 6 juillet pour quitter le pouvoir. Ricardo Fleuridor, porte-parole, a indiqué que le président, épinglé dans le dernier rapport de la Cour des comptes pour détournement des fonds du programme Petrocaribe n’a plus d’autre choix.

Lire : Jovenel Moïse au cœur d’un « stratagème de détournements de fonds »

Le président doit démissionner et se mettre à la disposition de la justice, a fait savoir Fleuridor. Selon ce dernier, ce pays doit se doter d’une transition qui aurait pour principale mission d’organiser le procès Petrocaribe, de traîner devant la justice tous ces anciens ministres et hauts responsables de l’État impliqués dans le vol de ces fonds destinés à développer le pays. « Nou pap konplis », participant à la grande journée de mobilisation du dimanche 9 juin en soutien à d’autres Petrochallengers, souhaite l’acheminement de l’audit final au cabinet d’instruction et, par conséquent, la publication des arrêts de débet pour les suites judiciaires.

« Après cette journée de mobilisation, le message est suffisamment clair. La démission de Jovenel Moïse n’est pas une option. C’est une obligation. Il doit se retirer immédiatement et se mettre disponible pour être entendu par la justice. Après que lui et sa famille politique aient opéré la casse du siècle dans les caisses de l’Etat, le pays n’a pas besoin d’autres casses juste pour le déloger.

C’est une opportunité qui lui est offerte, qu’il en profite avant qu’il ne soit trop tard », a déclaré Nou pap konplis qui en profite pour condamner les brutalités policières exercées contre les manifestants lors de la journée de mobilisation du 9 juin. Ladite structure déplore également le décès de plusieurs personnes et les blessés lors des manifestations du dimanche.

Rappelons en passant que le président de la République devrait s’adresser, lundi soir, à la nation et que son message n’a pas été jusqu’ici diffusé.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :