Samedi 15 Décembre, 2018

Déclaration de World Vision suite aux allégations du Daily Mail

Le tremblement de terre en Haïti a été une tragédie pour des centaines de milliers d'enfants et leurs familles, qui ont tout perdu. La nation était déjà la plus pauvre et la plus fragile de l'hémisphère. Ce fut une période difficile pour les travailleurs humanitaires qui ont été témoins de la souffrance et qui ont été impliqués dans les efforts en essayant d'aider la population.

Grâce à la générosité des donateurs et des alliés dans le monde, World Vision a fourni la nourriture à au moins deux millions de personnes, des abris d'urgence à plus de 40.000 ménages et de l'eau potable à plus de 90.000 personnes. Nous avons créé plus de 30 espaces amis des enfants et fourni des traitements pour la prévention du choléra à plus de 300.000 personnes, tandis que 12 cliniques de santé mobiles et fixes fonctionnaient dans les zones touchées.

Nous reconnaissons que tout n’a pas été parfait mais la publication, de dimanche, du journal britannique The Mail en Angleterre et en Irlande ne reflète pas fidèlement nos actions et a omis les principales conclusions de la recherche menée par World Vision dont nous rendons compte publiquement et qui ont été partagées avec les autorités, les bailleurs de fonds et le journaliste du Mail il y a plusieurs années.

Les évaluations réalisées par World Vision et nos partenaires en 2010 et 2011 sur le programme « Cash for Work »  ont mis en évidence des situations de népotisme, d'exploitation sexuelle et des documents incorrects  utilisés dans un certain nombre de camps de secours approuvés par le gouvernement.

Des recherches approfondies menées par World Vision sur ces situations ont révélé que les personnes impliquées dans les cas d'exploitation sexuelle n'étaient pas des employés de l’organisation mais des volontaires communautaires et les bénéficiaires du programme «Cash for Work» eux-mêmes.

Notre engagement en faveur du renforcement et de l’amélioration des systèmes a exigé que ces problèmes aient été signalés directement aux autorités et à travailler avec elles pour assurer la mise en œuvre des procédures de formation et de suivi pour éliminer ces pratiques odieuses. Ces informations ont été mises à la disposition du public dans les rapports de reddition de comptes de 2011 et 2012. Ces rapports et d'autres documents internes ont été remis au journaliste  du quotidien The Mail, Ian Birrell, depuis 2014.

Nous reconnaissons qu'il est possible qu'il y ait eu des comportements inappropriés de la part des personnes associées à World Vision et qu'ils n'aient pas été signalés. Si tel est le cas, nous encourageons tous ceux qui ont été témoins ou ont été victimes d'abus ou d'exploitation sexuelle à le signaler ou à le rapporter via notre ligne confidentielle à frais virés + 1-503-726-3990 ou notre site (http: // Worldvision. ethicspoint.com) et nous ferons tout en notre pouvoir pour enquêter dessus.

Nos sincères excuses à ceux qui ont été déçus par cette information. Mais nous réaffirmons que World Vision croit qu'un monde meilleur pour les enfants est possible. Comme d'autres organismes d'aide humanitaire, nous voyons des leçons que nous nous engageons à intégrer dans les discussions avec nos partenaires pour fournir une assistance aux enfants les plus vulnérables.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :