Mardi 11 Décembre, 2018

Décès de l’une des plus grandes danseuses du folklore vaudou haïtien

Émerante de Pradines Morse, décédée le 6 janvier à l’âge de 99 ans.

Émerante de Pradines Morse, décédée le 6 janvier à l’âge de 99 ans.

Ce samedi, tard dans la soirée, le chanteur mythique du groupe RAM, M. Richard Auguste Morse a annoncé à la population la triste nouvelle du décès de sa mère, la célèbre chanteuse, danseuse et actrice haïtienne Émerante de Pradines Morse, à l’âge de 99 ans.

En 2016, geste prémonitoire, les presses du Collège Universitaire Caraïbes avaient publié un fascicule de Florienne Saintil, intitulé : « Emerantes de Pradines Morse - chantѐz, dansѐz, aktris », en signe d’hommage mémorable à l’une des plus grandes figures – jusqu’alors vivante- de la danse folklorique haïtienne.

Peu avant, soit en 2014, le cinéaste Arnold Antonin l’a désignée « femme d’exception » dans un documentaire portant le titre de « six femmes d’exception », mettant en exergue le parcours atypique de ces grandes qui résument à elles seules tout un pan de l’histoire contemporaine haïtien, toute proportion gardée.

Suite à l’annonce de son décès, le président de la République a salué, ce dimanche, le « départ grande dame de la culture haïtienne qui a marqué de son empreinte plusieurs générations d’Haïtiens »

Née le 23 septembre 1928, Emérante Despradines est fille de l'illustre chansonnier et chanteur Auguste Linstant Despradines dit «Candio» célèbre pour ses chansons satiriques de la fin du XIXe siècle et de l'occupation américaine.

Actrice, elle a joué dans les pièces : Fifine et Toutou, La famille des Pitite Caille, Lococia, Sanite Belair, Le baiser de l’aïeule de Dominique Hippolyte et Barrières de Roger Dorsainville.

Plus tard, la chanson l’a attirée jusqu’à éveiller la curiosité d’une Lumane Casimir, très en vogue à l’époque. Chasseuse de talents, elle découvrira Martha Jean Claude qui va l’accompagner en seconde pendant un bon bout de temps.

Le ministre de la Culture et de la Communication, M. Limond Toussaint annonce la disparition d'« une belle étoile de la galaxie du folklore haïtien s’est éteinte ».

Membre et actrice de la Société nationale d’art dramatique, elle a beaucoup travaillé pour promouvoir la culture haïtienne à travers le monde, notamment aux cotés de Katherine Dunham qui lui enseigna la danse moderne et primitive.

Au cours de ses travaux d’anthropologie à Colombia University ou elle a séjourné en tant qu’étudiante, elle a fait la rencontre du professeur Richard Mcgee Morse qui deviendra son mari.

L'historien, essayiste et éditeur mexicain Enrique Krauze Kleibort parle d'un « artiste haïtien extraordinaire ». 

Fébrile, Emerante de Pradines a succombé à la veille de son centenaire laissant derrière elle une somme historique décomposée en danse, musique, comédie, enseignement, recherche.

Get the latest local and international news straight to your mobile phone for free: