Jeudi 17 Octobre, 2019

Dany Laferrière dénonce l'hypocrisie derrière le scandale "Blackface"

Dany Laferrière/ Capture d'écran sur ICI RDI.

Dany Laferrière/ Capture d'écran sur ICI RDI.

"On dirait une affaire qui se passe entre politiciens blancs", a réagi Dany Laferrière intervenant sur le scandale provoqué par la publication d'une photo de Justin Trudeau déguisé en noir.

La publication d'une photo de Justin Trudeau avec le visage maquillé en noir lors d’une soirée déguisée en 2001, a provoqué une vague de réactions de la classe politique canadienne. A quelques semaines des élections législatives, le Premier ministre du Canada, a du présenter des excuses, affirmant que c’était « une erreur », reconnaissant l’impact psychologique que cela pourrait entrainer sur des personnes victimes de discrimination.

Lire : Canada : Trudeau rattrapé par une vieille photo de « blackface »

« Ce que j’ai fait est profondément blessant pour les personnes qui vivent chaque jour de l’intolérance et de la discrimination. Je le reconnais et j’en assume l’entière responsabilité. Je sais que j’ai déçu plusieurs personnes avec ce choix, a-t-il dit sur twitter, et j’en suis profondément désolé ».

Cette pratique controversée, appelée « blackface » ou encore « brownface », est considérée comme raciste. La photo du Premier ministre, tirée d'un album de fin d'année de l'école de Vancouver où il enseignait, a été prise lors d'une soirée de l'école privée sur le thème des Mille et une nuits, inspiré du conte ayant pour personnage principal, Aladin.

L’écrivain québécois et académicien Dany Laferrière voit, de son côté, cette affaire avec ses lunettes de littéraire. Pour l’auteur du livre « Tout ce qu’on te dira pas, Mongo », les gens oublient le contexte de la première photo qui a alimenté l’affaire où Trudeau est déguisé pour ressembler à Aladin, comme dans les Mille et une nuits.

Selon le gagnant du prix Médicis 2009, « Aladin est un personnage littéraire et ne se réfère pas à un être vivant ». Le geste qu’a posé Trudeau n’est pas un acte de blackface qu’il considère comme déshumanisant et humiliant. Or, la photo de Trudeau ne relève pas du tout d’une volonté de déshumaniser ou de ridiculiser. Pour qu’il y ait blackface, surtout dans la tradition américaine, « il faut un regard effrayé, de grosses lèvres, des yeux un peu entourés de blanc pour obtenir un regard à la fois effrayé et effrayant », dit Laferrière à l’émission 24/60 sur ICI RDI.  

L’affaire est politique, selon l’auteur de « L’odeur du café ». Et selon lui, l’acte de contrition de Trudeau, le fait pour ce dernier de s'excuser dans la foulée de ce scandale, est une étape nécessaire dans le cadre de sa campagne électorale. L’écrivain originaire d’Haïti se questionne sur le manque d’honnêteté de ceux qui croient combattre le racisme mais qui, au fond, n’en ont rien faire.

"Les gens ne sont pas toujours honnêtes sur la question du racisme, fait savoir Laferrière. Qu'ont-ils fait contre le racisme et ceux qui s'en emparent? Ils en ont contre un homme politique qui est en campagne électorale, et à qui il est arrivé cette peau de banane."

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :