Jeudi 9 Juillet, 2020

«Plis ou al lopital bònè, plis li bon pou ou», assurent les autorités

De gauche à droite, Dr Jean William Pape et Dr Lauré Adrien, co-présidents de la commission multisectorielle de gestion de la pandémie de la Covid-19.

De gauche à droite, Dr Jean William Pape et Dr Lauré Adrien, co-présidents de la commission multisectorielle de gestion de la pandémie de la Covid-19.

Se rendre à l'hôpital une fois qu'on a détecté chez soi un symptôme de la Covid-19, peut contribuer à ralentir la propagation du virus et réduire par la même le nombre de victimes, font savoir les autorités.

Les membres de la commission de gestion de la Covid-19 sont revenus, ce mardi 2 juin lors d'un point de presse, sur l'attitude à adopter face à ce virus qu'ils qualifient de « dangereux ». « Fièvre, problème respiratoire, diarrhée, mal à la gorge..., quand vous ressentez ces symptômes, vous devez vous rendre rapidement à l’hôpital », lance aux citoyens le Dr Jean William Pape, co-président de la structure mise sur pieds par l'exécutif.

Le responsable souligne que chez toute personne ayant les symptômes cités ci-haut, la thèse de la contamination liée au coronavirus est priorisée à 95%. En allant à l'hôpital pour se faire tester et soigner, les citoyens contribuent à ralentir la propagation de la maladie et réduire le nombre de victimes potentielles sur le territoire national, font savoir les officiels.

« Plis ou al lopital bònè, plis li bon pou ou ! », assure Dr Pape, qui indique que toute personne ayant "un taux de saturation", c’est-à-dire un niveau d’oxygène dans le sang, de moins de 91, est très à risque. En ce sens, il invite tout-le-monde, en particulier ceux souffrant de diabète ou d’hypertension, à se rendre sans plus tarder à un centre hospitalier.

« Si les patients arrivent trop tard, les personnels de santé ne peuvent rien faire », souligne-t-il, regrettant par ailleurs le fait qu'Haïti soit limitée en termes de capacité d'effectuer des tests, notamment dans les régions reculées.

 

Aussi le médecin, qui appelle la population à continuer de respecter les mesures barrières, prévient ces concitoyens: « Maladi sa se yon rat mòde soufle. Li trè dwòl. Depi l rantre nan ou, l ap detwi poumon w san w pa menm rann ou kont de sa. Fòk nou pran l oserye ».

De son coté, Dr Lauré Adrien, lui aussi co-président de la commission multisectorielle de gestion de la pandémie, informe que « sur les 56 patients soignés dans le centre de prise en charge de Delmas 2, six décès ont été enregistrés. « Parmi ces six personnes, deux sont arrivées mortes au centre ».

En ce sens, Dr Adrien insiste sur la nécessité de partager avec la population des informations fiables et utiles. Mais face à la perception des citoyens par rapport à la maladie, il admet que le travail de l’information devient beaucoup plus difficile. En ce sens, Laure Adrien invite les médias à assumer leur responsabilité, en diffusant des informations qui ne sont pas susceptibles de faire beaucoup plus de tort au public.

Jusqu’à ce mardi 2 juin, plus de 2 mille 200 infectés et 45 décès liés au coronavirus ont été confirmés en Haïti. Le département de l’Ouest est toujours en tête avec un peu plus de 1.800 contaminations et 28 morts. Delmas et Pétion dominent le classement des communes les plus frappées par le virus, avec respectivement 464 et 410 cas confirmés.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :