Vendredi 20 Juillet, 2018

Coupe du monde 2018 : Opération survie pour l’Allemagne


Alors qu’elle sera opposée dans quelques instants à la Suède, l’Allemagne joue déjà son avenir dans cette Coupe du Monde 2018. Battus d’entrée par une surprenante équipe mexicaine, les Champions du monde en titre, n’auront plus le droit à l’erreur s’ils veulent continuer l’aventure russe. Face à eux, la Suède qui s’est payé le luxe de se passer de Zlatan Ibrahimovic, victorieuse de la Corée du sud pour leur premier match, aura envie de jouer un vilain tour à la Mannschaft.


Cette coupe du monde, elle est spéciale. Elle est pleine de surprises, et surtout elle apporte derrière elle beaucoup d’émotions. Les « petites équipes » sont en train de martyriser les pronostics. Les favoris souffrent énormément. L’Argentine est flirte avec l’élimination. Le Brésil n’est pas encore qualifié après deux journées. La Seleçao a, du, puiser dans ses ressources pour écarter le Costa Rica. L’Espagne a connu pareils supplices pour se débarrasser de l’Iran. Et comme le Brésil, la Roja devra valider son billet à la dernière journée. Au milieu de cela, le VAR s’invite pour rééquilibrer ou déséquilibrer, suivant le cas, les choses. 


L’Espagne et l’Italie…deux mauvais précédents
Au moment d’évoquer l’Allemagne avant cette coupe du monde, personne n’avait évoqué cette partie récente de l’histoire de la Coupe du monde. Mais, au vu du résultat des allemands contre les Mexicains, les sceptiques ont rappelé que les deux derniers champions du monde, ont été éliminés en Coupe du monde l’année d’après. L’Italie en 2010, l’Espagne en 2014. Cette Allemagne qui fait confiance aux anciens, ceux qui ont conquis la Coupe du monde, marchent sur les pas de ses prédécesseurs. Comme eux, il a fait confiance aux cadres, négligeant de jeunes joueurs excellents. Comme eux, il n’a pas gagné son premier match. Joachim Löw, a tenu à préciser que ses hommes ne connaitront pas le même sort que les Espagnols et les Italiens.
La Suède…elle aime tellement déranger…


La Suède n’est pas un grand d’Europe. Les Bleus et Jaunes sont même très loin de cela. Mais, par le passé, ils ont épinglé à leur tableau de chasse certains grands favoris dans les grandes compétitions internationales. En 2002 notamment, ils ont grandement participé à l’élimination de l’Argentine au premier tour (1-1). Alors qu’une victoire aurait qualifié l’Albiceleste. A chaque fois que l’Italie vous manque pendant ce mondial, vous penserez certainement aux Suédois. Ce sont eux qui ont éliminés les Italiens aux barrages. Déjà qu’à l’euro 2004, ils avaient concouru, en compagnie du Danemark à l’élimination de la Squadra Azzura. En 1994 alors qu’ils ont été jusqu’en demi-finales, ils ont fait des misères aux Brésiliens au premier tour.

L’Allemagne n’a qu’à bien se tenir, la Suède est une enquiquineuse.


L’Allemagne, une victoire impérative…


L’Allemagne est un monstre sacré du football mondial. Quatre fois championne du monde, la Mannschaft n’a jamais été éliminée en coupe du monde lors de la phase de poules en 18 participations (on ne compte pas encore cette coupe du monde). Mieux encore, ils ont été à 17 reprises, au moins, en quarts de finales. De statistiques ahurissantes qui témoignent de la puissance footballistique allemande. La force de cette équipe, a toujours été son mental. Tant que l’arbitre n’aura pas sifflé la fin du match, les Allemands ne s’avoueront jamais vaincus. Pour s’imposer face aux Suédois, la Mannschaft aura besoin de toutes ses ressources. La victoire est impérative, de toute façon. 


En attendant, le Mexique fait son trou
Tombeur de l’Allemagne à la première journée, le Mexique a confirmé sa très grande forme, en dominant également la Corée du Sud (2-1). Très remuants, face aux Allemands, Chicharito (66e) et C. Vela (26e), ont, cette fois-ci, enfilé leur costume de buteur. Son Heung-Min avait réduit la marque dans les ultimes instants du match (93e). Mais, la victoire mexicaine était déjà acquise. La qualification également (presque). Si elle n’est pas automatique, puisque la probabilité mathématique pour que trois équipes de ce groupe terminent à égalité (avec 6 points), existe encore. La qualification est quasiment actée pour les Tricolores. 


C’est donc, dans ce contexte très défavorable, que l’Allemagne s’apprête à affronter la Suède. La défaite est interdite. La victoire est vitale. Même un match nul pourrait compromettre considérable les chances de qualification allemande. Les premiers éléments de réponse devraient arriver dans moins d’une heure. 


Nathan Laguerre