Jeudi 17 Octobre, 2019

Corruption: l’OHDH exige la démission du PM nommé Fritz William Michel

Photo: Le Nouvelliste

Photo: Le Nouvelliste

L’organisme de promotion et de défense des droits dénommé « Observatoire Haïtien des Droits Humains », exprime ses préoccupations face aux accusations de corruption portées contre le Premier ministre nommé. Dans une note de presse parue le jeudi 20 septembre, l’OHDH exige la démission de Fritz William Michel.

Fritz William Michel fait l'objet d'au moins deux accusations de corruption. Premièrement, un sénateur de la République affirme que ce dernier aurait distribué une importante somme d'argent à des sénateurs pour qu'ils votent en faveur de la déclaration de sa politique générale. Ensuite, son nom revient dans un dossier de surfacturation de chèvres dans le cadre d'un contrat avec l'Etat haïtien.

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) a, dans cette note, rappelé au Premier ministre nommé, que la corruption est un cancer qui entrave le développement économique d’Haïti, compromet la démocratie, la justice sociale et l’État de droit. Le coordonnateur général de l’organisation croit que le scandale des 100 mille dollars américains octroyés aux sénateurs et l’affaire de surfacturation de chèvres au détriment de l’Etat, prouvent que Fritz William Michel n’est plus digne d’être chef de gouvernement.

Joinet Merzius explique que les différentes firmes dirigée par le PM nommé, sont pour la plupart des sociétés écran, constituées avec la complicité de plusieurs ministères dont celui de l’Economie et de l’Agriculture. « A travers ces entreprises, M. Michel s’est enrichi au détriment de la population haïtienne en utilisant la machine infernale de la corruption et de la surfacturation », a dénoncé le responsable de l’OHDH.

Pour le défenseur des droits humains, ces actes constituent des entraves majeures au développement du pays et à la jouissance des droits fondamentaux, principalement les droits économiques. « Au nom de la moralité et de la décence, nous exigeons la démission pure et simple du Premier ministre nommé qui n’a plus de moralité pour diriger un gouvernement par le truchement de la bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption, de l’Etat de droit et du respect des droits fondamentaux », a écrit Joinet Merzius.

En ce sens, le coordonnateur général de l’OHDH appelle l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC), l’Unité Centrale de Renseignement Economiques et Financiers (UCREF) et le parquet de Port-au-Prince, à ouvrir des enquêtes sur ces faits aggravés de corruption et de surfacturation. Des faits qui, selon Joinet Merzius, sont punis de la réclusion criminelle par la loi du 12 mars 2014, portant prévention et répression de la corruption, en ses articles 5.8 et 14.

Fritz William Michel, de son côté, a évidemment rejeté toutes les accusations portées contre lui, y compris celles liées au scandale du compte Twitter créé en son nom et actif depuis 2009. Néanmoins, les chances pour Michel de passer le cap du Sénat pour atteindre la Primature semblent s'amoindrir. Les bruits courent que l'Exécutif envisage déjà un éventuel remplacement de ce dernier.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :