Lundi 30 Novembre, 2020

Coronavirus: à Rome, les musiciens viennent chez vous

Des habitants à leur fenêtre pour écouter des musiciens qui se produisent dans la cour d'une immeuble d'habitations à loyer modéré dans la banlieue de Rome, le 18 avril 2020

Des habitants à leur fenêtre pour écouter des musiciens qui se produisent dans la cour d'une immeuble d'habitations à loyer modéré dans la banlieue de Rome, le 18 avril 2020

Le coronavirus empêche le public d'aller au spectacle, mais il n'empêche pas le spectacle de venir au-devant de son public, jusque dans les quartiers populaires de Rome, où des artistes investissent les cours d'immeubles et font rire et danser les habitants installés aux balcons.

Samedi soir, la petite troupe du spectacle "Sous le même ciel" s'est installée dans la cour partagée d'un grand ensemble d'habitations populaires du quartier de San Basilio, dans le nord-est de Rome.

Quelques jours plus tôt, c'est au Corviale, une des plus longues barres d'immeubles d'Europe, qu'ils avaient joué devant les fenêtres ouvertes d'habitants heureux de s'évader pendant une heure tout en respectant les règles du confinement.

"C'est un spectacle très populaire. On a un DJ, moi je joue des chansons pour les faire danser, même depuis leur fenêtre", explique à l'AFPTV Andrea Casta, la "star" du groupe, qui a déjà fait entendre son violon électrique au Stade Olympique de la capitale italienne un soir de Lazio Rome-Inter Milan.

AFP / Alberto PIZZOLILe violoniste Andrea Casta dans la cour d'un immeuble en banlieue de Rome, à San Basilio, le 18 avril 2020

"On alterne avec le cabaret, avec un comique. On a aussi invité un chanteur du quartier. C'est un espace ouvert et on va continuer à aller dans les banlieues de Rome et dans les autres villes", assure-t-il.

"Avoir les gens du peuple au balcon, c'est mieux que de voir aux balcons des théâtres les riches, ceux qui ont la possibilité de vivre plus facilement cette situation. D'ailleurs, on ne va pas dans leurs quartiers, on va seulement dans les quartiers populaires", explique de son côté Antonio Giuliani, un humoriste bien connu des Romains.

- "Un beau moment" -

AFP / Alberto PIZZOLIDes enfants jouent dans la cour d'un immeuble d'habitations à loyer modéré à San Basilio, dans la banlieue de Rome, le 18 avril 2020à

Dans la cour, quelques personnes dansent et tapent des mains, visages masqués. Mais le vrai spectacle est dans les étages, à chaque fenêtre, où les gens du quartier chantent, sourient, rient aux blagues, agitent leurs téléphones portables lumière allumée et en redemandent.

"Les enfants ne peuvent pas sortir de la maison. Parfois on les fait quand même un peu descendre avec les masques. Mais ça c'est un beau moment, un moment pour tous, tout le monde s'amuse. C'est une quelque chose de beau, parfois nous aussi on a quelque chose de sympa", résume Adriano Sindaco, qui a profité du show avec sa fille Giada.

"Ces circonstances nous unissent, elles ne nous divisent pas. Souvent il y a de l'isolement mais là on se réunit", ajoute Anarita Napoli, la bouche couverte d'un masque.

AFP / Alberto PIZZOLIDes habitants regardent les musiciens, qui se produisent dans la copur de leur immeuble, dans la banlieue de Rome, le 18 avril 2020

"En temps normal, tout le monde veut sortir pour aller au théâtre, au pub, écouter un artiste. En ce moment, ils ne peuvent pas sortir donc on leur amène le spectacle à domicile", explique Andrea Casta.

Son collègue Antonio Sindaco espère ne pas avoir à faire tourner "Sous le même ciel" dans trop de quartiers: "Cela voudra dire qu'on est guéris, qu'il n'y a plus ce virus et qu'on revient à la vie normale", explique-t-il.

"Ou alors on continuera, mais avec les gens cette fois à un ou deux mètres et dehors. Toujours gratuitement et pour les quartiers de Rome", conclut-il.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :