Lundi 18 Novembre, 2019

CM2018: Angleterre-Belgique, le match que personne n’a envie de jouer

Illustration AFP

Illustration AFP

Instituée dans toutes les compétitions de la Fifa depuis 1934, la petite finale est un match opposant les deux perdants des demi-finales. Le vainqueur décroche la troisième place du tournoi et la médaille de Bronze. Mais, en vrai cette rencontre ne fait plus rêver ni les joueurs ni les spectateurs. Et il y a de bonnes raisons à cela.

Ce samedi se joue la petite finale. Le match de trop diraient certains. Difficile de leur donner tort. Tant ce match ne passionne pas grand monde. Dans les compétitions européennes, par exemple, cette formule n’existe pas. Ni en club ni en sélections, d’ailleurs. La Fifa, en revanche, s’entête à imposer aux joueurs, aux sélectionneurs, et aux fans, un match qu’ils n’ont pas envie de jouer ; qu’ils n’ont pas envie de voir.

On nous dira que la Croatie était très heureuse de terminer troisième de la Coupe du monde 1998 ; Que pour une jeune nation de football occuper un tel rang, ne peut être que profitable. On nous rappellera peut-être, que la Pologne en 1974, la Turquie en 2002 chérissent encore leurs médailles de bronze. C’est fort probable. Mais, si vous allez demander à Lato, Boban, Emré…leurs souvenirs les plus marquants de leur mondial. Ils n’évoqueront certainement pas la petite finale qu’ils ont gagnée, mais la demi-finale qu’ils ont perdue. On exagère, peut-être un peu, mais, l’esprit de compétition qui anime ce sport que nous aimons tant, ne permettrait pas qu’on pense différemment.

La petite finale, ce match de trop…

Toute exagération mise à part, la petite finale n’a pas lieu d’être. Pour les athlètes, c’est le match de trop. En sport olympique, une médaille de Bronze vaut peut-être mieux qu’au foot. Mais, rien ne vaut une médaille d’or. Dans les classements des pays, une seule médaille d’or vaut plus qu’un million de médailles d’argent ou de bronze. C’est pour vous dire. En fait, cette petite finale est plus une punition que toute autre chose. Quand on a laissé autant de larmes, autant de désillusions après une demi-finale de Coupe du monde perdue, on ne se console pas en jouant pour la troisième place. 3e ou 4e qu’est-ce que cela change en réalité ? En tout cas, pas grand-chose.

Gareth Southgate n’est pas allé de main morte au moment d’évoquer ce match. « Ce n’est pas un match que toutes les équipes veulent jouer », a-t-il lancé sèchement. Même son de cloche du côté d’Alan Shearer. L’ancien capitaine des Three Lions s’est voulu plus catégorique. «  Le match pour la troisième place est d’une stupidité finie…, c’est la dernière chose que souhaite un footballeur »

Dans le camp belge, on n’est guère plus optimiste. Thomas Meunier parle de « double défaite ». Une double peine en quelque sorte. Cette petite finale ne fait pas l’unanimité. Elle est même très impopulaire. Sauf pour la Fifa et les droits de retransmission. Mais là, c’est une autre histoire.

La course au soulier d’or…

Il est peut-être là, le seul véritable intérêt de ce duel de perdants entre l’Angleterre et la Belgique. Harry Kane et Romelu Lukaku, les deux meilleurs buteurs du tournoi auront un dernier compte à régler. Déjà, qu’ils n’avaient pas eu l’occasion de le faire quand les deux équipes s’étaient affrontées en match de poules. Ménagés par leurs sélectionneurs en vue des huitièmes de finales, ils n’avaient pas pris part à la victoire des Diables Rouges sur les Three Lions (1-0). Même s’il a deux buts d’avance, Harry Kane n’est pas à l’abri d’un retour de Lukaku (4 buts). Et si le buteur mancunien n’est pas aligné, Gareth Southgate n’a pas intérêt à en faire de même avec son poulain. On ne sait pas si Mbappe et Griezmann, 3 buts chacun, ne vont pas claquer des triplés en finale (la vraie). En football, rien n’est impossible. Si on veut voir un « vrai match », il faut espérer que les numéros 9 anglais et belges jouent aujourd'hui. Sinon…

De toute façon, il y aura des buts. Beaucoup de buts. Depuis, la première petite finale répertoriée en 1934, 3.8 buts par match ont été inscrits. Les jeux moins calculés et la course au soulier d’or contribue largement à cette statistique. Il y aura aussi beaucoup de changements dans les deux effectifs. Ceux qui ont peu joué auront peut-être envie de démontrer qu’ils pouvaient faire quelque chose. Ajouter un peu d’enthousiasme à ce match « indésirable » est tout, sauf une mauvaise idée.

En tout cas, Roberto Martinez et Gareth Southgate aborderont ce match avec des postures pas trop différentes l’une de l’autre. Ils penseront certainement à la finale de Moscou. Là où ils auraient du être.  Avec un goût amer, d’inachevé, ils se repasseront le film de ces demies. L’Angleterre est passée tout près. La Belgique l’a encore aux travers de la gorge. Tout le monde a envie de rentrer chez soi pour tirer des leçons. Ou pour enfin prendre des vacances. Mais, la Fifa a convoqué tout le monde pour un match de classement, une petite finale à Saint-Pétersbourg à 10h Am. Et ce rendez-vous personne n’a le droit de le manquer. Même pas vous très cher(e) lecteur(trice).

Nathan Laguerre

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :