Mercredi 3 Juin, 2020

A Cité Soleil, nouvelle marche pour la “réconciliation communale"

A Cité Soleil, nouvelle marche pour la “réconciliation communale"/ Photo : Loop Haiti

A Cité Soleil, nouvelle marche pour la “réconciliation communale"/ Photo : Loop Haiti

Plusieurs centaines de citoyens ont marché à nouveau dans les rues de Cité Soleil ce jeudi 9 mai.  Par ce mouvement, les riverains qui ont sillonné presque toute la cité, voulaient prêcher une “réconciliation communale”, qui passe inévitablement par l'entente entre les groupes armés. Une initiative de plusieurs organisations sociales regroupées autour de la structure "Fòs Rasanbleman Ayisyen pou Entegrasyon Mas yo - FRAPEM".

 

Jeunes, personnes âgées, écoliers, militants politiques ou acteurs sociaux… ils étaient plusieurs centaines à parcourir les rues de Cité Soleil ce jeundi. Un mobile sonore diffuse des messages de paix invitant les citoyens à une prise de conscience. Entretemps, des bandes de rara créent l’animation. Dans les slogans, la paix et la réconciliation reviennent et reviennent encore.

Les participants à cette marche se réjouissent de cette initiative qui selon eux, peut inciter les acteurs à s’entendre et ramener la paix dans le plus grand bidonville du pays. “Nou bezwen lapè. Site Solèy p ap tounen nan vyolans. Fòk lekòl fonksyone”, lancent des écoliers qui eux aussi prennent part à ce mouvement.

“Nous ne sommes pas là pour réclamer uniquement la paix. Nous prônons la réconciliation communale”, a souligné Olwich Louis-Jeune, président de la Fondation Gabriel, l’un des initiateurs de la marche. Le jeune leader communautaire informe que des pourparlers ont été déjà engagés en vue de mettre sur une même table tous les chefs de groupes armés.

“On peut pas avoir des différends, mais l’intérêt de la commune doit être mis en avant”, déclare M. Louis-Jeune. “A Cité Soleil, on ne fabrique pas d’armes à feu, ni de munitions. Les jeunes armés ont besoin d’emploi, le bidonville fait face à d’énormes problèmes”, souligne un autre citoyen.

 

Cette marche a été l’occasion pour les notables de la zone, d’attirer l’attention des autorités étatiques sur les problems auxquels le bidonville est confronté. Réhabilitation de la place fierté, reconstruction de l’Ecole nationale, réaménagement de l’Hôpital Sainte-Catherine et du Centre médical CHAPI, la liste des besoins est longue.

“Si ces problèmes ne sont pas adressés au plus vite, Cité Soleil risque de retourner dans la violence”, prévient-t-il.

Rappelons que depuis environ un mois, Cité Soleil s’est basculée dans la violence, après une période de paix qui avait duré trois ans. La reprise de ces affrontements armés a déjà fait une dizaine de morts et plusieurs blessés par balle.

Malgré les multiples initiatives des différents notables et acteurs sociaux évoluant dans le bidonville, la confiance n’est toujours pas revenue au sein des quartiers en conflits.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :