Mercredi 13 Novembre, 2019

Choléra : l'ONU veut puiser dans le budget de la MINUSTAH

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres propose de verser quelque 40 millions de dollars non dépensés par les Casques bleus stationnés en Haïti à un fonds d'aide aux victimes du choléra dans ce pays.

Dans un rapport à l'assemblée générale de l'ONU, qui doit l'examiner en juin, M. Guterres recommande une série de mesures pour faire face au grave problème de financement de ce fonds d'aide.

Il était prévu de récolter 400 millions de dollars sur deux ans, mais seuls 2% de cette somme ont été versés par les États membres.

M. Guterres a relancé l'ensemble des pays membres par lettre en février, mais sans grand succès.

Il invite donc dans son rapport les pays membres à «envisager de renoncer volontairement à récupérer» des sommes non dépensées sur le budget 2015-2016 de la mission de l'ONU en Haïti (Minustah), soit environ 40,5 millions de dollars qui iraient alimenter le fonds d'aide.

Le Conseil de sécurité a décidé en avril de mettre fin dès la mi-octobre à 13 ans de présence en Haïti des Casques bleus, qui seront remplacés par une force de police restreinte.

M. Guterres suggère aussi de nommer un «émissaire de haut niveau» pour solliciter les contributions volontaires des pays.

La liste des pays qui ont déjà mis la main au portefeuille est courte: Royaume-Uni, Corée du Sud, France, Liechtenstein, Inde, Sri Lanka et Chili. Le tout représentait 2,6 millions de dollars au 20 avril.

Le Canada et le Japon ont alloué séparément environ sept millions de dollars pour aider Haïti.

Quelque 9500 personnes sont mortes du choléra depuis le déclenchement de l'épidémie en 2010 et plus de 800 000 auraient été contaminées.

L'ancien secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait été contraint de présenter des excuses aux Haïtiens lorsque des analyses avaient montré que le choléra avait été introduit dans le pays par des Casques Bleus népalais, dépêchés après le séisme dévastateur de 2010.

Les Nations unies considèrent cependant ne pas être légalement responsables de la situation, et invoquent l'immunité diplomatique concernant des poursuites en justice liées à cette épidémie.

Source : AFP

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :