Dimanche 8 Décembre, 2019

Choléra : les Nations-Unies regrettent tous les maux causés à Haïti

Minustah = Choléra, affichait une pancarte de manifestants à Port-au-Prince./Photo: Haitimédia.com

Minustah = Choléra, affichait une pancarte de manifestants à Port-au-Prince./Photo: Haitimédia.com

Mamadou Diallo, chef a.i. de la MINUJUSTH, a parlé au nom de tous les pays membres fondateurs de l'ONU. Il s’est confié, hier mardi à l’occasion de la Journée Mondiale des Nations-Unies célébrée chaque 24 octobre et instaurée depuis 1989.

Mamadou Diallo, en conférence de presse hier mardi 24 octobre, a adressé son mea culpa au peuple haïtien. Les Nations-Unies ont exprimé leurs profonds regrets pour tous les maux causés au peuple haïtien, victime de viol, d’abus sexuel, mais aussi du choléra, selon ce que le Représentant spécial adjoint de la MINUJUSTH a exprimé. « Seulement une personne atteinte du choléra, c’était déjà trop », a-t-il indiqué devant un parterre de journalistes de la presse locale.

Mamadou Diallo rappelle les objectifs que poursuit cette nouvelle mission : servir d’appui à la Police Nationale Haïtienne dans le cadre du renforcement de ses capacités, de sa formation et du compagnonnage afin qu'elle puisse elle-même assurer la sécurité du territoire, des personnes et des biens.  Appuyer les systèmes de justice et d'administration correctionnelle et pénitentiaire afin de pouvoir ramener une justice beaucoup plus proche du citoyen et de recréer le climat de confiance entre les institutions et les citoyens haïtiens.

Mais il déclare par ailleurs que les Nations-Unies, à travers le nouvel accord Minujusth, veulent travailler avec le gouvernement haïtien pour éradiquer l’épidémie de choléra introduite par les casques bleus népalais : 10 000 personnes ont trouvé la mort en 2010. L’an dernier (six ans plus tard), c’est 780, 000 personnes qui ont été infectées. De plus, L’ONU s’est excusé d’avoir introduit le choléra en Haïti.  

Mais quel plan d’actions est mis en branle pour compenser les victimes ? Mamadou soutient que l’ONU se donnera pour mission prochaine d’accompagner les victimes. C’est d’ailleurs cette vision qu’épouse le slogan « 0 Transmission ». Il a fait savoir que déjà à Mirebalais, des initiatives ont été entreprises en ce sens.

Il est en même temps important, selon lui, d’établir contact avec les autorités locales et les communautés pour décider de la meilleure approche à adopter pour aider les victimes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :