Mercredi 19 Juin, 2019

Chine: la croissance progresse au rythme le plus faible en 28 ans

Une ouvrière dans une usine à Hangzhou le 21 janvier 2019

Une ouvrière dans une usine à Hangzhou le 21 janvier 2019

La croissance de la Chine a ralenti tout au long de 2018, pour atteindre son plus faible niveau en 28 ans sur l'ensemble de l'année marquée des efforts de désendettement, des conflits commerciaux et une demande intérieure en baisse.

Cette progression est au-dessus de l'objectif de +6,5% que s'était fixé le gouvernement et conforme à la prévision médiane d'analystes interrogés par l'AFP.

Si sa croissance reste à un niveau que les économies occidentales peuvent lui envier, elle est aussi la plus faible depuis la très mauvaise année 1990 (+3,9%) à laquelle avaient ensuite succédé des années de croissance à deux chiffres ou quasiment.

Pour Pékin "le plus grand changement vient de l'extérieur": "tout le monde s'inquiète beaucoup de la direction de la situation internationale. Les variables sont nombreuses comme les facteurs d'incertitude", a déclaré le directeur du BNS, Ning Jizhe.

Mais pour les analystes, le ralentissement de l'économie est fortement lié aux mesures prises par Pékin notamment pour réduire son colossal endettement, freinant crédit et dépenses d'infrastructures.

Face au ralentissement, le gouvernement chinois a d'ailleurs assoupli ses politiques dans la deuxième partie de 2018, optant également pour des mesures fiscales comme des baisses d'impôts, dans l'espoir de doper la consommation.

- Stabilisation mi-2019 ? -

"La croissance va rester sous pression dans les mois à venir. L'objectif des décideurs va être d'endiguer ce ralentissement plutôt qu'essayer de créer une reprise significative", ont commenté les économistes de Oxford Economics, selon lesquels la croissance atteindrait son plus bas niveau au deuxième trimestre.

"Nous pensons que la croissance va empirer au premier semestre 2019 malgré les mesures de stimulation et d'assouplissement de plus en plus agressives de Pékin, et tomber sous 6,0% au 1er semestre. Pour l'ensemble de 2019 nous anticipons 6,0%", ont renchéri les analystes de Nomura.

"Les exportations chinoises devraient encore faiblir au cours des prochains trimestres, la demande mondiale continuant de se modérer, même si le risque d'un ralentissement généré par une nouvelle escalade de la guerre commerciale a diminué", selon Capital Economics.

Washington et Pékin tentent depuis début décembre de résoudre leurs différends. Le négociateur en chef chinois, le vice-Premier ministre Liu He, doit se rendre à Washington les 30 et 31 janvier, un mois avant l'expiration de l'actuelle trêve décidée par les deux puissances.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :