Mercredi 18 Septembre, 2019

Chili : retour des Haïtiens malgré la crise, les critiques affluent

Photo: Crónica Digital

Photo: Crónica Digital

Le plan « humanitaire de retour volontaire » du gouvernement chilien a longuement été fustigé par plusieurs personnalités et organisations depuis son lancement. Et ce, malgré le fait que les initiateurs ont toujours soutenu qu’il ne s’agit pas d’une imposition. Certains continuent à croire dans une déportation voilée.

Lot de critiques pour le gouvernement chilien depuis le sixième vol de retour effectué mardi au cours duquel 185 migrants haïtiens sont retournés en Haïti. Par rapport à la grave crise qui gangrène le pays depuis quelque temps, des voix s’élèvent depuis le Chili pour critiquer un manque d’ « humanité » dans ce plan « humanitaire ». Ce qui, pour certains, justifie le caractère raciste du plan en question.

« Le fait de ne pas changer cette mesure en raison de la situation qui sévit actuellement en Haïti montre que le gouvernement n'est pas intéressé par la dimension humanitaire du programme […] », a martelé l’ancien président du Conseil consultatif pour les migrations, Luis Eduardo Thayer, repris par SoyChile.

Dalinx Noel, président de l'Alianza Haitiano-Chilena, suggère que le gouvernement de Sebastián Piñera repense la question. « […] Ils [les responsables, NDLR] feraient mieux de prendre l’argent qu’ils dépensent pour ces vols pour mieux intégrer les Haïtiens afin de les aider à entrer plus dignement dans la société chilienne. »  

Pour lui, la situation des gens retournés en Haïti sera plus aggravée pendant cette période cruciale que traverse le pays. En ce sens, monsieur Noel déconseille un septième vol.

Selon Héctor Pujols, porte-parole du Coordonnateur national des migrants, il existe une série de politiques racistes par rapport aux Haïtiens au Chili et « c'est ce qui est inquiétant ». L’accès difficile aux procédures pour les migrants haïtiens, soutient-il, est une politique d'hostilité : « Avec le Venezuela, il y a un accord et avec Haïti, il y en a un autre ».

Le gouvernement se défend. Mijail Bonito, conseiller en politique d'immigration auprès du sous-secrétaire à l'Intérieur chilien, relate que ce n’est pas une bonne idée de retenir des gens qui veulent retourner chez eux, en pleine conscience de la situation actuelle de leur pays.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :