Mardi 18 Février, 2020

Chili: le gouvernement attaqué en Justice suite à la mort d'un Haïtien

Chili: des organisations attaquent le gouvernement en Justice suite à la mort d'un Haïtien

Chili: des organisations attaquent le gouvernement en Justice suite à la mort d'un Haïtien

Des membres de plusieurs organisations pro-migrants au Chili ont déposé plainte contre le gouvernement pour dénoncer la mort de Joseph Henry qui a passé 2 jours à l’aéroport Arturo Merino Benitez de Santiago  le mois dernier sans avoir bénéficié de l’aide des autorités. Le document déposé, hier 17 octobre, qualifie cette situation comme un acte raciste et xénophobe de la part de l’Etat chilien.

Ni les responsables de l’aéroport, ni le SAMU n’ont apporté leur aide à l’homme de 40 ans qui ne pouvait pas prendre l’avion à cause de la dégradation de son état de santé. Les organisations dépositaires de la plainte ont fait remarqué que quelques jours auparavant, ces mêmes responsables ont accordé leur aide à une adolescente chilienne qui est tombée malade en revenant de Miami sur le vol Latam LA-501.

Le document souligne que la compagnie aérienne Copa, qui était chargée du vol de Joseph Henry devait également réagir face à sa situation. Il explique que ce dernier « était mal nourri pour n'avoir pu rien manger à l'aéroport faute d'argent, depuis qu'il avait été escroqué par la Copa Airlines avec la complicité des autorités chiliennes, car elles n'avaient pas remboursé le passage ordonné par l’article 133 C du Code aéronautique, loi n ° 18 916. C’est-à-dire que la Airline Cup en a profité et s’est enrichie d’un crime ».

Rubén Jerez, l’un des avocats des plaignants, a indiqué que la victime n’a pas reçu le soutien de l’Etat chilien à cause de sa nationalité. « Nous voyons ici que l'État chilien a une politique de xénophobie et de mépris de la vie humaine et cette plainte vise à le souligner. En ce moment, il n’y a pas d’enquête administrative de la part de l’État à la Direction générale de l’aéronautique, celle qui surveille ce qui se passe à l’aéroport. C’est une autre preuve qu’une personne a été victime de discrimination, car si cela arrivait à un Chilien, comme le SAMU l’a fait, les autorités se montreraient concernées », indique-t-il.

Rodolfo Noriega, avocat et coordonnateur national des immigrants, a clairement fait savoir que « la politique de ce gouvernement est hostile envers les migrants. C’est une politique qui cherche à décourager l'immigration en administrant la peur », a-t-il indiqué.

Le président de la Fondation Epicentro a déclaré que la mort de l'Haitien « est un cas concret de la gravité de notre situation en tant que société. Une personne ne peut pas mourir de manière indifférente devant les autorités et ses concitoyens. (...) Ce gouvernement se vante du départ des premiers enfants. Dites-lui que Joseph Henry a eu trois enfants mineurs ».

Jean Clebert Eloius, représentant de l'organisation Mundo Haïti, a lui aussi souligné que le fait de déposer plainte visait à dénoncer "un meurtre, un crime, la discrimination, la xénophobie et le racisme dont mon compatriote, un être humain, a été victime".

John Henry, la victime, était un marchand ambulant à la Araucania et avait manifesté sa volonté de quitter le Chili aux autorités chiliennes il y a deux mois. Il n’avait pas, cependant, les moyens de se payer le billet du voyage. Etant donné que son état de santé se dégradait, les membres de sa famille vivant en Haïti lui ont transféré de l’argent pour qu’il puisse revenir dans son pays. Il est père de trois enfants âgés respectivement de 3, 12 et 16 ans.

Source: El Ciudadano

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :