Dimanche 21 Octobre, 2018

Cet Haïtien risque l'expulsion après 37 ans de vie en Rép. Dominicaine

Cet Haïtien risque d'être expulsé après 37 ans de vie en République Dominicaine. Photo: El Caribe

Cet Haïtien risque d'être expulsé après 37 ans de vie en République Dominicaine. Photo: El Caribe

Joël Ambroise est un commerçant haïtien qui vit en République Dominicaine depuis 37 ans. Il s’est installé dans ce pays depuis son enfance pour fuir les mauvaises conditions économiques d’Haïti.

Là-bas, il a fondé une famille et vit actuellement dans la communauté de La Herradura, dans la partie ouest de la ville de Santiago de los Caballeros avec ses deux filles (9 et 10 ans). Malgré tout ce temps passé en terre voisine, Joël Ambroise n’a pas su régler son statut migratoire.

Il est frappé par les mesures d’expulsion prises par les autorités dominicaines contre tous les étrangers illégaux, en particulier les Haïtiens. Joël a commencé son processus de régularisation il y a deux ans, mais peine à trouver ses documents.

« Je suis le premier inscrit dans le plan de régularisation avec le numéro 28-000001 et je ne sais pas pourquoi il est si difficile de me donner mes documents », a-t-il avoué au journal Caribe. Les membres de son église, ses voisins et les autorités de son quartier lui ont fourni un papier prouvant sa bonne conduite, mais l’immigration ne lui a pas livré ses papiers légaux.

« Ce que je crains le plus, dit-il, c’est qu’en raison de la négligence des autorités, ils m’emprisonnent et m'emmènent en Haïti après 37 ans passés ici. Ce serait très triste pour mes deux filles, qui sont à l'école », dit Joël Amboise, inquiet.

Amboise a effectué plusieurs voyages depuis le mois de février 2017 pour régulariser sa situation avec le gouvernement provincial de Santiago, affirme El Caribe.

Depuis le mois de février de l’année dernière, le processus de renouvellement a commencé et plusieurs voyages ont dû être effectués jusqu’à présent avec le gouvernement provincial de Santiago. M. Ambroise dit qu’on lui fait croire que ses papiers ne sont jamais prêts à chaque fois qu’il se déplace vers l’immigration dominicaine.