Mercredi 19 Décembre, 2018

Chili- Rapatriement: l'irresponsabilité de l'Etat haïtien dénoncée

Chili- Rapatriement: l'irresponsabilité de l'Etat haïtien dénoncée

Chili- Rapatriement: l'irresponsabilité de l'Etat haïtien dénoncée

Le gouvernement chilien a établi un plan de retour volontaire pour les Haïtiens vivant au Chili désireux de revenir dans leur pays. Fuyant les conditions difficiles de ce pays, plus d’un millier d’Haïtiens se sont inscrits dans ce programme.

Deux voyages ont été déjà réalisés, le 7 et le 26 novembre, renvoyant dans l’ensemble 339 Haïtiens. Pour certaines organisations, l’Etat haïtien n’a pas respecté ses responsabilités de faire respecter les droits de ces migrants.

Elles ont, en ce sens, publié une note pour exiger aux autorités de prendre leur responsabilité. Lisez la note ici :

Le 17 octobre 2018, le gouvernement chilien a entamé un nouveau programme dénommé « Plan humanitaire de retour volontaire ». Ce programme s’inscrit dans un contexte où le «nouvel eldorado» des Haïtiens et Haïtiennes ne répond plus à leur attente.

Le 7 novembre 2018, une première cohorte de 187 migrantes et migrants haïtiens a été reconduite en Haïti par les autorités chiliennes. Le 26 novembre, un deuxième vol a transporté 181 autres ressortissantes et ressortissants haïtiens.

Nous, les organisations des Droits Humains signataires de cette note, avons constaté que ces migrantes et migrants ont été rapatriés dans l’insouciance et l’irresponsabilité de l’État haïtien. Dans les deux occasions, la présence des autorités gouvernementales était insignifiante pour offrir un accueil digne à ses ressortissantes et ressortissants alors qu’elles/ils sont retournés au bercail, déçus et désemparés.

Il convient de signaler que les migrantes et migrants qui sont en train de revenir au pays ont consenti d’énormes sacrifices pour collecter de l’argent en vue de payer leur voyage. Certains d’entre eux ont contracté des prêts démesurés et d’autres ont vendu tous leurs biens dans cette  quête de mieux-être qui est devenue une totale désillusion.

Ces retourné-e-s «volontaires» arrivent les mains vides dans un pays qui traverse actuellement l’un des pires moments de son histoire caractérisé par des troubles politiques, une insécurité galopante, une misère et un chômage de masse.  Ils/elles ont grand besoin de la solidarité et de la fraternité de tous les fils et filles du pays en vue de leur réinsertion dans leurs communautés de retour. Les organisations de Droits Humains signataires de cette note appellent les autorités à placer en priorité le bien-être de la population. En ce sens, elles les invitent à travailler pour que chaque Haïtienne et Haïtien aient accès à de meilleures conditions de vie. Ainsi, ils/elles n’auront  plus besoin d’aller se faire humilier dans des pays étrangers. Nous exhortons l’État haïtien à prendre des mesures nécessaires pour accueillir en toute dignité les citoyennes et citoyens haïtiens qui reviennent du Chili ou d’autres territoires étrangers.

Il est urgent que de vrais programmes sociaux soient mis en place dans le pays en vue de faciliter la réinsertion de ces migrantes et migrants au regard du strict respect de leurs droits.

Enfin,  nous encourageons la population haïtienne à ne pas manifester des comportements discriminatoires à l’endroit des migrantes et migrants qui sont retournés en Haïti, mais à témoigner de sa solidarité et du respect de leur dignité en tant que personne.

 

Les Organisation signataires :

GARR

Défenseurs Plus

SJM

RFJS

CODDEMIR

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :