Mercredi 8 Juillet, 2020

Ces étudiants veulent dynamiser les services communautaires en Haïti

Université verte a pour objectif de dynamiser la fonction « services communautaires » parmi les trois fonctions principales liées à l’université (enseignement, recherche et services communautaires).

Université verte a pour objectif de dynamiser la fonction « services communautaires » parmi les trois fonctions principales liées à l’université (enseignement, recherche et services communautaires).

Lancée le 19 mai 2018, la structure « Université Verte » regroupe un ensemble d’étudiants haïtiens provenant de plusieurs entités universitaires du pays. Elle se donne pour objectif de dynamiser la fonction « services communautaires » parmi les trois fonctions principales liées à l’université (enseignement, recherche et services communautaires).

Loop Haïti a rencontré des initiateurs de ce mouvement et quelques membres adhérents pour de plus amples détails.

Valentin Marcelin, étudiant en Sciences Juridiques et président du comité de pilotage comptant 11 personnes explique que la décision de regrouper des étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti et des Universités Privées a été pensée afin d’ouvrir un cadre qui puisse leur permettre d’apporter une contribution concrète au développement de leur société.

« Réaliser des campagnes de sensibilisation sur l’action civique, faire la promotion des valeurs, accompagner les élèves en terminale dans leur orientation professionnelle, proposer des formations aux élus locaux sont, entre autres, les principales tâches que ladite structure s’est imputée », indique Valentin Marcelin.

Selon lui, ceux qui sont intéressés à rejoindre cette structure peuvent le faire au local de son siège social situe au numéro 73 de l’avenue Christophe, sans aucuns frais de participation, avec seulement une carte d’étudiant.

Économiquement, Université Verte fonctionne grâce aux contributions de ses membres pour l’instant. Toutefois, « l’éventualité d’une collaboration avec un partenaire externe, gouvernement ou secteur privé, n’est pas écartée », a précisé son président.

Il s’avère que plus de 10 universités sont déjà impliqués dans ce mouvement à travers des étudiants qui commencent à s’y adhérer dans plusieurs villes du pays. En attendant que se termine la phase d’intégration, les chefs de file du mouvement envisagent d’étendre l’activité au niveau national. Il s’ensuit qu’ils n’atteignent pas encore ce stade jusque-là.

« Mon intérêt pour une telle initiative réside dans le fait qu’elle consiste en un cadre idéal pour que les étudiants des universités publiques et privés peuvent s’unir, dialoguer et réfléchir pour une même cause », estime James Philémon, étudiant en Communication Sociale à l’Université de Port-au-Prince et membre du comité de pilotage.

Pour sa part, Fedner Oscar Ferdinand, étudiant en Sciences Juridiques à l’UEH, critique le manque d’implication de l’Etat haïtien dans l’intégration de la jeunesse estudiantine de manière à ce qu’elle trouve la possibilité de contribuer au développement du pays comme cela devrait être. Ainsi estime-t-il qu’Université Verte se donne la mission de combler cette lacune dans le temps.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :