Samedi 28 Mars, 2020

Ces 10 jeunes ont marqué l'année 2019 en Haïti

2019, année clôturant la décennie 2010, a été particulièrement éprouvante pour les Haïtiens. Pas de budget national, pas de gouvernement légitime pendant plus que la moitié de l'année, une inflation galopante, au moins deux "Pays lock" et une insécurité intenable. Malgré tout, alors que les uns et les autres s'évertuaient à tuer la flamme de l'espoir, des jeunes combattants ont trouvé le courage de tenir dans le chaos. Ils se sont inventé un rôle et ont servi à leur manière leur communauté. Dans cet article, la rédaction de Loop Haïti compte dresser une liste de seulement 10 d’entre eux. Car ils sont plus que 10. Pour leurs efforts et accomplissements durant 2019, c'est vraiment tous les rédacteurs et rédactrices de Loop Haiti qui via ce texte honorent le courage de...

Laura Louis 

Le 8 novembre dernier, le voile s’est levé bien grand sur la journaliste Laura Louis : première femme lauréate du « Prix du jeune journaliste en Haïti » dans la catégorie presse écrite pour son un reportage intitulé : « L’organisation des femmes en action à Pliché (OFA) – l’organisation de femmes qui ambitionne de développer la commune de Cavaillon ». S’il est vrai que sa carrière n’a pas pris naissance avec ce sacre- elle s’est déjà illustrée avec des reportages haut de gamme dans les colonnes du journal en ligne AyiboPost (cliquez Ici pour lire ses articles)-, il n’est pas inutile de signaler qu’à partir de cette date elle jouit d’une cote massive de popularité auprès d’une communauté de lecteurs qui regroupe beaucoup d’assidus, affutés où incisifs. Depuis, on la retrouve sur tous les fonts baptismaux, son combat pour une société qui ne recule pas devant le respect des droits de la dignité humaine, en particulier les femmes, l’a traîné vers les rives de la campagne « 16 jours d’activisme », et tant d’autres. La richesse dans le piochement des sujets et la diversité des angles de traitement qui caractérisent la production de cette étudiante finissante en Travail social à la Faculté des Sciences humaines (FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH), ont ébloui notre rédaction. Nous avons fait choix d’elle cette année. Inutile d’avancer qu’elle a de beaux jours devant elle.

Manno Beats

Une année de couleurs dans la carrière du jeune beatmaker haïtien, né et élevé dans la Cité christophienne mais fier de ses racines tchadiennes. Sa chanson à succès Akouna avec avec Afrotronix et Vox Sambou, classée parmi les hits de l'année dans le Top 10 de Loop Haiti, a valu à Manno Beats un salve d'applaudissements cette année et deux prestigieux trophées internationaux. En effet, Emmanuel Pierre a été élu 23 novembre à Lagos, Nigeria, "Best African Act in the diaspora" et "Best Artist in African Electro" dans le cadre des All African Music Awards (AFRIMA), la plus grande distinction pour la musique et la culture africaines. En Haïti, plusieurs cérémonies d'hommage ont été réalisées en l'honneur de cette jeune pépite de la musique haïtienne qui a su devancer dans le cadre des AFRIMA 2019, des artistes de grande pointure comme Aya Nakamura, Gims, David Ghetta entre autres. Manno Beats a également été reçu au palais national par le président de la République, qui tenait à le remercier pour avoir fait flotter le bicolore haïtien en Afrique.

 

Ralph Tedy Erol et Delanot Philippe

Quand tout va mal autour de soi, la meilleure formule pour évaluer la gravité de sa situation et planifier l’avenir sur aussi court que soit le terme, c’est de s’informer. Et pour y parvenir, parfois, il faut un acteur pour nous faciliter la trouvaille de l’information. Ce rôle, l’équipe de Ted’Actu, à côté bien sûr de nombreuses autres structures médiatiques dans le pays, l’a joué durant l'année et elle l’a fait avec témérité, régularité et brio. A travers ses séquences en direct, ses albums photos et tableaux graphiques, le jeune média s’est révélé utile au cours d'une 2019 "mov anpiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiil", chaotique et qui s’est montrée assez - mais vraiment très - hostile envers les journalistes en particulier et la presse en général. Le travail remarquable de Ted'Actu effectué durant cette période n’aurait pas été possible sans l’engagement de Ralph Tedy Erol, PDG de la structure, et celui de son collègue et compagnie de rue Delanot Philippe. Nous leur souhaitons le meilleur pour 2020.

Sabie Paris 

En début d’année, elle avait brisé le silence et porté un coup fatal contre les pratiques d’agression et de harcèlement sexuels qui sévissent dans l’un des espaces les plus savants du pays: la Faculté de Sciences Humaines (Fasch), une entité de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Beaucoup ont critiqué sa manière d’agir, pointant à un certain niveau une précipitation qui minerait un règlement de comptes. À mesure que les mois s’égrainaient, elle ajoutait plus de précision dans sa lutte, s’appuyant sur des preuves et témoignages qui n’ont pas manqué de mettre à mal certains acteurs épinglés à tort ou à raison. De plus, certains de ses détracteurs se sont eux-mêmes mis à nu à travers des commentaires sexistes allant jusqu'à évoquer le physique de la jeune femme où l’expérience traumatisante à laquelle elle a dû faire face à un moment de la durée. Son combat a su rallier d’autres voix et repousser beaucoup d’autres. Son acharnement à poursuivre les présumés bourreaux n’a d’égal que son courage à mettre au grand jour une pratique étouffée par plus d’un, et qui était gardée comme un secret de Polichinelle dans l’enceinte académique. Dans une société où une mairesse peut-être battue par son compagnon qui n'est point inquiété, où des femmes détenues sont violées dans l’intimité de leur cellule, il est de bon ton de saluer le courage de quelqu’un portant sur les fonts baptismaux la galère des femmes au quotidien. Sabie Paris fait partie de cette liste pour avoir hissé le ton sur le harcèlement en milieu universitaire en Haïti. On l’attend de pied ferme en 2020.

Marcna Andy Pierre

Très en vogue sur les réseaux sociaux haïtiens, Marcna Andy Pierre fait partie de cette classe de gens qui peuvent profiter de leur aura pour lancer une carrière ou se caser derrière une cause noble et grande en elle-même. C’est sur ces espaces de rencontre et d’échange en tout genre qu’elle a commencé à noircir, en août 2019, les premières pages de la plateforme Demwazèl (Demoiselle en français) qui l’a amenée, un mois plus tard, sur la terre du Benin sous l’instigation de l’ONG Mata-Yara. Là-bas, elle a évoqué les problèmes auxquels font face actuellement les filles et femmes haïtiennes, leurs difficultés à briser le silence sur des actes perpétrés contre elles, le museau qu’on veut porter à la bouche de celles qui désirent emprunter le chemin de la dénonciation. On l’a écoutée, comprise tout en lui promettant du soutien dans cette lutte. Elle a aussi fait les gros titres dans la presse béninoise. Quoique déjà en activités sur les réseaux sociaux, la plateforme n’a pas encore fait de lancement officiel en Haïti, l'événement étant repoussé à plusieurs reprises. La date du 11 janvier 2020 est retenue cette fois pour le coup d’envoi à Port-de-Paix, et les quatre autres demoiselles qui composent la structure prévoient de s’y rendre. Pour sa détermination à se liguer contre la maltraitance des filles et l’agression des femmes en Haïti, elle et son équipe retiennent notre attention pour cette année.

Frè Gabe

Jeune rappeur du monde évangélique, Frè Gabe a fini par construire et garder une place de choix dans le monde musical ainsi que la communauté évangélique en Haïti. « Mete frè devan non m », c’est le slogan dont il s’est servi pour propulser sa carrière. Entre singles, collaborations et prestations réussis, Pierre Alan Gabriel reste une référence dans ce qu’il fait et joui d'une popularité qui ne fait que s'agrandir. En mars 2019, le jeune rappeur a signé son premier album. Le morceau-roi de ce produit, « M g on lyon k ap veye m », continue encore de faire ses vagues. Frè Gabe a aussi ajouté une pincée de sel dans sa vie personnelle pour cette année. Et oui, le jeune artiste et sa partenaire se sont dit oui le samedi 16 novembre 2019. Un mariage célébré en grande pompe en l’église l’église de Dieu Indépendante de la Porte Étroite. Fin décembre 2019, le hitmaker a été sacré artiste masculin de l’année par Média Levanjil au cours d’une cérémonie organisée par la plateforme en ligne. Un prix qui a permis à Frè Gabe de clôturer l’année en beauté.

Mikerline Saint-Félix

Celle-là on ne l’avait pas tout-à-fait vu venir. Mikerline Saint-Félix, encore loin des radars en 2018, a réussi en 2019 une année extraordinaire dans sa jeune carrière. En effet, l’attaquante internationale haïtienne a illuminé non seulement son club français, mais aussi sa sélection nationale qu’elle a aidée à se hisser jusqu’à la dernière phase des éliminatoires des Jeux olympiques Tokyo 2020. De plus, la jeune Grenadière de 20 ans, qui évolue actuellement en France vient d’être élue « Joueuse de l’année » par le très respecté journal sportif haïtien, Foot au féminin. Elle remporte cette prestigieuse distinction à l’issue des votes de plusieurs journalistes sportifs haïtiens.

Mike Bellot

Le jeune entrepreneur, fondateur de Solo Bag, Mike Bellot, a une fois de plus fait honneur à son nom cette année. Entre ses conférences et formations au bénéfice de jeunes entrepreneurs et ses cours dispensés à l'université, le jeune homme n'a pas chômé durant ces 12 mois. Malgré les moments de crise ayant caractérisé le quotidien dans le pays, MIke Bellot est resté ferme à la barre et a trouvé la force nécessaire pour continuer son combat jusqu'à lancer officiellement, en décembre, son sac à dos Solo Bag dont il fait la promotion depuis deux ans. A la fin de l'année, Bellot a décroché deux titres lors de la cérémonie de remise de prix organisée par la Jeune Chambre internationale Haïti (JCI-Haïti). L'événement visait à honorer 10 jeunes personnalités ayant été remarquables durant l'année, les TOYP (Ten OutstandAing Young Personalities). Mike Bellot en est sorti lauréat du concours dans la catégorie Affaire/Entrepreneuriat et a remporté le prix de lauréat des lauréats - Toyp des Toyp - pour cette édition. 

Lire aussi > Mike Bellot, le jeune le plus remarquable de 2019 en Haïti, selon la JCI-Haïti

Katiana Milfort

Katiana Milfort, jeune actrice haïtienne, s'est illustrée en 2019 en offrant à son pays une double représentation sur la scène internationale. Elle a enfilé non seulement son costume d'actrice haïtienne mais aussi celle d'une ambassadrice du vaudou, pierre angulaire dans la culture de son pays. En effet, la jeune comédienne a incarné le rôle d'une manbo - la prêtresse vaudoue Manbo Katy-, personnage clé dans le long métrage "Zombi Child" du réalisateur français Bertrand Bonello. "Elle incarne avec justesse une femme protectrice aux racines haïtiennes qui officie à un rituel de possession vaudou et envoûte à merveille Louise Labèque, une ado en pleine déception amoureuse", décrit Libération à ce propos. Le film, sorti le 12 juin, avait bénéficié d'une immense promotion médiatique et participé à plusieurs grands événements dont le prestigieux au festival de Cannes ainsi que la Quinzaine des réalisateurs, en France, Il s'agit là de l'un des plus grands festivals de cinéma tenus en Europe. A ce rendez-vous ayant eu lieu en mai 2019, le personnage joué par la fille d'Haïti, survivante du tremblement de terre de 2010, a marqué les esprits et l'oeuvre a été fastueusement saluée par le public. Plus de dix minutes de Standing ovation, rapporte d'ailleurs Milfort dans les colonnes de Ticket Magazine. Elle n'est pas qu'actrice. Katiana Milfort, à part tourner dans des films, donne aussi des cours de théâtre et réalise quelques films. Zaho, un court-métrage sur son ami - ancien collaborateur à Loop - Vladjimir Legagneur fait partie de son actif de réalisatrice.

Clifford Dumé

On le surnomme Garou pour avoir repris et non sans fougue plusieurs chansons de ce chanteur québécois, lors de sa participation à la troisième édition du concours de chant, Podium Quartiers. 36 candidats guettaient la couronne. Clifford Dumé, 17 ans, a su tenir tout le public en haleine pendant au moins quatre mois pendant une année 2019 vecteur comme on le sait de tension, de stress et d'incertitude. Fin novembre, le jeune homme, qui a représenté la commune de la Croix-des-Bouquets à cet événement très prisé notamment sur les réseaux sociaux, est sacré champion à l'issue d'une finale mettant aux prises six finalistes et suivie en direct sur Facebook par au moins une dizaine de milliers de spectateurs. Très bon coup de projecteur pour le jeune chanteur en qui beaucoup d'observateurs voient de l'espoir, mais qui insuffle lui-aussi par sa flamme, de l'espoir à de nombreux autres jeunes du pays. Mais c'est aussi une belle réussite pour radio télévision Caraïbe (RTVC) et Réal Productions, initiateurs du show animé par Patrice Salomon et Anderson Brégard. Clifford Dumé, grand gagnant du concours, n'est pas à son premier coup de voix. En 2013, il avait remporté haut la main le concours de chant Soleil d'été de Télé Soleil qui réunissait à l'époque 116 participants. Là encore il reprenait souvent Garou.

Raoul Junior Lorfils, avec Websder Corneille, Darline Honoré et Wilner Bossou

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :