Lundi 16 Septembre, 2019

Cent après la naissance de Mandela, l'Afrique du Sud rend hommage à un "géant de l'Histoire"

L'ex président américain Barack Obama, la veuve de Nelson Mandela, Graça Machel (à gauche) et le président sud-africain Cyril Ramaphosa (à droite) dansent en compagnie de la chanteuse Thandiswa Mazwai lors d'une cérémonie en l'honneur de Mandela, le 17 juillet 2018 à Johannesbourg

L'ex président américain Barack Obama, la veuve de Nelson Mandela, Graça Machel (à gauche) et le président sud-africain Cyril Ramaphosa (à droite) dansent en compagnie de la chanteuse Thandiswa Mazwai lors d'une cérémonie en l'honneur de Mandela, le 17 juillet 2018 à Johannesbourg

Des townships aux quartiers plus aisés de Johannesburg, l'Afrique du Sud a salué mercredi l'héritage de Nelson Mandela, avec de vibrants hommages de l'ancien archevêque Desmond Tutu et de Barack Obama à l'icône mondiale de la lutte contre l'apartheid, qui aurait eu 100 ans ce 18 juillet.

"Agissez, inspirez le changement, faites de chaque jour un Jour Mandela", exhorte la fondation qui porte son nom. Pour le centenaire de sa naissance, elle a vu grand en invitant l'ancien président américain Barack Obama.

Mais "il a commencé à essayer de libérer son pays alors qu'il était encore un très jeune homme. Il avait votre âge. Il m'a inspiré et je me suis lancé", a-t-il confié, appelant les jeunes à en faire autant. "Trouvez un moyen de ne pas vendre votre âme, mais vous devez toujours vous impliquer en politique", a-t-il vivement conseillé.

- Inégalités criantes -

"Grâce à son sacrifice et son leadership résolu, et peut-être encore plus grâce à son exemple moral, Mandela (...) a personnalisé les aspirations des personnes dépossédées", a lancé Barack Obama, saluant la mémoire d'un "vrai géant de l'Histoire".

Mais cinq ans après sa mort en 2013 et près d'un quart de siècle après la chute officielle de l'apartheid, ses rêves d'égalité économique restent toujours lettre morte.

La société sud-africaine est aujourd'hui la plus inégalitaire du monde, selon la Banque mondiale. Le salaire mensuel médian est de 10.000 rands (638 euros) chez les Blancs et de 2.800 rands (177 euros) parmi la majorité noire.

Dans ce contexte, le racisme attise toujours les tensions.

D'autres, plus rares, vont jusqu'à le traiter de "vendu" à la minorité blanche, qui détient toujours l'essentiel des leviers économiques du pays.

"C'était un vrai révolutionnaire qui avait ça dans le sang. Ce sont des révolutionnaires assis dans leurs fauteuils, en train de contempler le soleil qui ont l'audace de le voir comme un vendu."

"Les principes qui ont conduit sa vie sont des principes universels d'amour, de justice, de respect des autres", a rappelé le prix Nobel de la paix de 86 ans.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :