Dimanche 12 Juillet, 2020

Ce qu’il faut savoir d’un Accident Vasculaire Cérébral

La nouvelle a secoué la toile, attriste familles proches et amis du défunt.  Il est bon de savoir que l’AVC, interruption brutale de l'irrigation sanguine du cerveau, peut causer la mort brutalement si sa prise en charge n’est pas rapide.

Cet arrêt brutal de l'irrigation sanguine du cerveau qui caractérise l'accident vasculaire cérébral entraîne une privation d'oxygène dans les zones cérébrales touchées.  Il s'agit d’une urgence médicale qui peut être fatale. Dans la moitié des cas, il entraîne des séquelles d’autant plus invalidantes que la prise en charge aura été effectuée tardivement.

L’AVC est la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la troisième cause de mortalité en France. Chaque année, 130 000 nouvelles personnes en sont victimes en France. Dans le monde, les AVC sont la deuxième cause de mortalité, aussi bien dans les pays développés que dans ceux en développement. Dans 80 % des cas, l'AVC est secondaire à l'interruption de l'irrigation d'une partie du cerveau provoquée par un caillot qui obstrue une artère.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé et d’autres grands spécialistes de l’accident vasculaire cérébral, 6,2 millions de personnes meurent chaque année d’un accident vasculaire cérébral. On estime à 17,3 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 30 % de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,3 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,2 millions à un accident vasculaire cérébral, selon les statistiques de 2008. Il reste qu’en plein 2017, cette maladie s’avère l’une des plus graves et qui est dû à plusieurs facteurs.

Les causes

Les causes peuvent être de deux ordres : une hémorragie ou la thrombose d'une artère cérébrale. Dans 80 % des cas, l'AVC est causé par une baisse de l’apport de sang en raison d’un obstacle à l’intérieur d’une artère cérébrale. On parle alors d'accidents ischémiques. Il en existe de deux types. Dans 40 à 50 % des cas d'AVC, il existe une thrombose cérébrale due à la présence au niveau de la paroi de l'artère d'une plaque de lipides. On parle alors d'athérosclérose. Dans 30 % des cas d'AVC, un caillot, provenant d'une autre localisation du corps, en général du cœur ou d’une artère carotide, bloque la circulation cérébrale. On parle alors d'embolie cérébrale. Dans 20 % des cas, l'AVC est causé par une hémorragie cérébrale. S'il s'agit de la cause la moins fréquente, elle est également la plus grave. Cette hémorragie peut être en rapport avec différentes causes : la rupture d'un anévrisme (petite déformation fragile d'un vaisseau sanguin), l'hypertension artérielle qui peut faire éclater un vaisseau, une tumeur cérébrale ou encore des problèmes de coagulation. Parfois, l’obstruction d’une artère cérébrale est temporaire, le caillot se résorbe en quelques minutes et n'engendre pas de séquelles. Ce phénomène s'appelle un accident ischémique transitoire (AIT).

Les facteurs

Il existe différents facteurs de risque bien connus et dont certains sont évitables par une prévention efficace: d’abord il y a l'âge : plus de la moitié des AVC surviennent chez les personnes âgées de 75 ans et plus, contre un quart chez les moins de 65 ans. (René Préval est mort à 74). Certaines maladies cardiaques (anomalie de la valve cardiaque, insuffisance ou arythmie) qui nécessitent un traitement anticoagulant durant toute la vie. L'hypertension artérielle qui est un facteur de risque majeur. Le fait que beaucoup d’hypertendus dépistés n’aient pas une pression artérielle normalisée augmente encore ce risque. Le diabète. Cette maladie chronique, caractérisée par un excès de sucre dans le sang, contribue aux dépôts graisseux (plaque d'athérome) sur la paroi des vaisseaux. La consommation de tabac : l’arrêt du tabac diminue de moitié le risque d’AVC. La consommation d'alcool qui agit aussi sur la valeur de la pression artérielle.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :