Mardi 12 Novembre, 2019

Le MSPP a commémoré ce lundi 8 avril la Journée Mondiale de la Santé

Dr Marie Gréta Roy Clément, la Ministre de la Santé Publique et de la Population - Crédit Photo : Crédit Photos: Greslet Etienne

Dr Marie Gréta Roy Clément, la Ministre de la Santé Publique et de la Population - Crédit Photo : Crédit Photos: Greslet Etienne

Le Ministère de la Santé publique et de la Population a célébré, ce lundi 8 avril 2019 à l’Hôtel Marriott, la Journée mondiale de la Santé, en présence de plusieurs hauts dignitaires et partenaires de l'institution. Sous le thème « Santé universelle : pour tous et partout », la ministre, Dr Marie Gréta Roy Clément, entend rapprocher Haïti plus près des normes de l’Organisation Mondiale de la Santé.

En deux ans, le MSPP a retenu le même thème pour commémorer, encore une fois cette année, cette Journée mondiale en présence de nombreux partenaires de marque tels le représentant de l’OMS en Haïti et des directeurs généraux. Le ministère a mis sous les projecteurs le triste tableau du système sanitaire haïtien qui, se basant sur des statistiques, ne répond pas aux normes minimales de l’Organisation mondiale de la santé, selon Mme Clément.

Dr Jean Patrick Alfred, Directeur de l'Unité d'Étude et de Programmation (UEP) du ministère, a présenté la situation du pays en matière de disponibilité des soins. Il révèle que seulement 42% des institutions du pays offrent le paquet de service complet. 30% des institutions privées offrent des services de santé à but lucratif et 17% offrent des services de santé sans buts lucratif. Le plus pénible, poursuit-il, est le ratio du personnel médical qui est de 10,47% pour 10 000 habitants.

Pour Mme Marie Gréta Roy Clément, le 7 avril offre aux acteurs l'occasion de réfléchir en profondeur sur les conditions lamentables dans lesquelles évoluent les professionnels du secteur. Tous les acteurs de tous les pays doivent agir en synergie sur un axe prioritaire. C’est là tout le symbolisme de cette date. 

Le représentant de l’OPS-OMS Mauricio Cerpa a de son coté mis l’accent sur le lien direct qui existe entre le développement durable et la santé. Mme Cerpa pense que l’État haïtien doit investir davantage dans le domaine pour faire de la « Couverture sanitaire universelle, Santé pour tous et partout » une réalité.

Une couverture universelle en santé qui ne saurait être appliquée si le budget des parlementaires demeure à 7,2 milliards de gourdes pour 147 élus (dans le projet de loi de finances 2017-2018) alors que celui du ministère de la Santé et de la Population est de 6,1 milliards de gourdes pour la santé d’environ 11 millions d’habitants.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :