Mardi 23 Octobre, 2018

A cause d’une erreur du passé, cet haïtien risque d’être déporté

Lexius Saint Martin, sa femme Mindy et leurs fils, Marcus, à gacuehe, et Donovan dans une photo non datée.

Lexius Saint Martin, sa femme Mindy et leurs fils, Marcus, à gacuehe, et Donovan dans une photo non datée.

Lexius Saint Martin, un haïtien de 35 ans, est actuellement en prison dans le New Hampshire (Etats-Unis) et risque d’être déporté en Haiti pour avoir été, à 25 ans, reconnu coupable et condamné à 17 mois de prison pour trafic de drogue. 10 ans plus tard, la décision éventuelle du gouvernement qui pourrait forcer Saint Martin à se séparer de sa femme, Mindy et ses deux fils, Marcus et Donovan, serait une action « excessive pouvant provoquer une grave injustice », selon un article du journal Presse Herald.

Depuis de sa grande mésaventure, il y huit ans, Saint Martin a beaucoup évolué selon l’article, son casier est resté vierge et il est devenu quelqu’un de très actif dans sa communauté. Il a mis sur pieds sa propre entreprise de nettoyage. Lui et sa femme ont deux enfants et attend un troisième.

La décision des autorités de l’arrêter maintenant serait une résultante de l’atmosphère politique actuelle, et aussi un résultat de l’intolérance qui prend chair aux Etats-Unis en matière d’immigration, selon le texte signé par la rédaction du journal, dans lequel les auteurs appellent les autorités fédérales à intervenir avant que la situation se dégénère.

 

La femme du concerné, quant à elle, est déchirée depuis l’arrestation de son époux, en janvier. Des acteurs engagés dans le cadre d’un plaidoyer qu’elle a lancée en faveur de son mari demandent au gouvernement de regarder la vie et le parcours de Saint Martin - qui n’est pas illégal, puisqu’il est résident permanent et détenteur d’une carte verte - avant de décider de son sort.

« Même si le casier judiciaire de Saint Martin est une source de préoccupation, des millions d'Américains ont des choses aussi mauvaises ou pires dans leur passé. Certains d'entre eux sont dangereux pour la communauté, mais la plupart ne le sont pas », lit-on dans le texte de la Presse Herald.

Il enchaine : « le casier vierge de Saint Martin depuis lors (depuis sa condamnation) montre qu’il a appris de ses erreurs et qu’il a grandi à partir de cette expérience »  et conclue que « une évaluation rationnelle des risques permettrait de déterminer qu’une personne comme Saint Martin n’est pas susceptible d’être dangereuses ».