Dimanche 27 May, 2018

Carnaval 2018: la protection civile s'active et promet des efforts

Carnaval de Delmas 201. Photos et videos: Estailove St-val - Loop Haiti

Carnaval de Delmas 201. Photos et videos: Estailove St-val - Loop Haiti

Les 11, 12 et 13 février 2018, se Kanaval ! Vous comprenez ce que cela veut dire. Des dizaines de milliers de gens, venus des quatre coins du pays et d’ailleurs participeront, pendant trois jours, aux festivités du Carnaval national qui se déroulera cette année dans la capitale, à Port-au-Prince, sur le thème « Ayiti sou wout chanjman ».

En cette période de grande euphorie, les carnavaliers ne demandent qu’à danser, chanter, s’amuser et partager, au rythme des chansons de leurs groupes et leurs artistes. Des chars bondés de monde et de matériels circuleront dans les rues selon le parcours défini par les organisateurs.

Si le plaisir est garanti durant les trois jours gras, les risques ne sont jamais loin non plus. Et les accidents peuvent se produire à n’importe quel moment, si les mesures adéquates ne sont pas prises au préalable. La Direction de la protection civile (DPC), la Police nationale, la santé publique, la sécurité publique en sont bien conscientes. De leur côté, la Protection civile promet de faire tout ce qu'elle peut en collaboration avec les autres acteurs. Déjà, elle compte déployer plus de 500 brigadiers qui aideront à prévenir les dangers.

« Nous allons tout mettre en place et travailler avec tout-le-monde en vue de diminuer les risques d’accident et d’incident. Mais aussi nous auront des équipes pour porter soutien en cas d'urgence », promet le coordonnateur de la Protection civile, Joseph Junior Michel, lors d’une entrevue téléphonique accordée la rédaction de Loop Haiti.

Contrôle et évaluation des chars

Tout d’abord, il y a une rubrique de vérification des chars entamée depuis les dimanches pré-carnavalesques. Il y a toute une grille d’évaluation pour ce faire. Par exemple, « les chars doivent contenir entre 70 à 100 personnes au maximum, à bord, nous dit le coordonateur. Le nombre variera dépendamment du nombre de matériels déjà présents sur le véhicule, a-t-il souligné. Mais cela ne doit pas dépasser 100.

Les pourparlers seraient en cours avec les sponsors et les responsables de groupes afin que ces derniers puissent aider à faire respecter ce principe qui ne fera que réduire le poids des risques pour les participants et pour eux-memes. « Nous allons prendre les mesures nécessaires en vue d’éviter le sur chargement des chars, ce qui peut être à la source de bien d’incidents », ajoute-il.

 

Les chauffeurs des chars

L’un des acteurs les plus importants dans un parcours carnavalesque est le chauffeur qui conduit le char. C’est souvent par eux qu’arrivent certains accidents malheureux. « Nous avons déjà discuté avec la Police nationale et comptons sur le support de la sécurité publique pour nous aider à gérer cette question », fait savoir Michel.

Il faut au moins deux chauffeurs pour chaque char, au cas où l’un d’eux serait fatigué ou aurait un malaise. En plus, les conducteurs seront accompagnés par deux policiers qui surveilleront leur moindre fait et geste, nous a-t-il dit.

 

De la hauteur des chars

Tous les chars sont de la même hauteur, généralement. C’est ce que nous a appris le protecteur civil, sans préciser par des chiffres. « Nous ferons en sorte qu’ils ne dépassent pas la hauteur normale et habituelle, en vue d’éviter d’éventuels, accidents avec les câbles des poteaux électriques ».  L’idée, dit-il, c’est de faire en sorte de diminuer les risques d’accident et d’incident durant le parcours. Pour y parvenir, plusieurs mesures ont déjà été adoptées en collaboration avec la Police nationale d’Haïti (PNH), le Ministère de la santé publique, le ministère de la sécurité publique, la Mairie de Port-au-Prince et autres acteurs impliqués dans le processus.

Une rencontre aura lieu vendredi pour tout mettre au clair. « Je pourrai vous recontacter pour toute mises à jour », a-t-il conclut.