Dimanche 8 Décembre, 2019

Cantave et Gédéon discutent des dispositifs de sécurité pour la séance

Des forces de l’ordre dans tout le périmètre externe, des employés dispensés, des restrictions de mouvement même pour les journalistes… tout un train de mesures ont été adoptées pour assurer le bon déroulement de la séance de ratification au Sénat prévue ce jeudi. Pour discuter de l’application de ces différentes mesures, le président du bureau du grand corps, Carl Murat Cantave, a rencontré ce mercredi 29 mai au Sénat, le Directeur Général de la police nationale, Michel-Ange Gédéon.

« Au niveau du bureau, nous avons le devoir d’organiser la séance. Il revient maintenant aux blocs parlementaires d’accepter ou rejeter la déclaration de politique générale du Premier ministre », a précisé ce mercredi, le président du Sénat de la République. Et pour garantir la tenue de cette rencontre parlementaire, Carl Murat Cantave avait prévu de de déployer les grands moyens, et annonce des dispositions sécuritaires. Cependant, l’élu de l’Artibonite n’entend pas partager ces informations pour l’instant.

Si Carl Murat Cantave se garde de communiquer sur les dispositions sécuritaires, le Directeur Général de la police, après la rencontre, a accepté de donner certaines informations à la presse certaines informations. « On a discuté des mesures de sécurité à l’occasion de la séance de ratification. La PNH prendra toutes les dispositions, pour sécuriser l’espace et garantir le bon déroulement de cet évènement », informe Michel-Ange Gédéon.

Un DG de la PNH qui révèle des infos, un président du Sénat qui, de son coté, ne veut pas fournir de détails… deux attitudes qui font grandir le suspens. A quoi doit-on s’attendre réellement ce jeudi ? Des policiers seront-ils présents seulement à l’extérieur de la salle de séance ? Ces questions reviennent et reviennent encore, Carl Murat Cantave refuse à nouveau de répondre. Les journalistes insistent, le parlementaire esquive péremptoirement la question.

Face à ce refus, les journalistes se rabattent sur le commandant en chef de la police qui semble-t-il, n’a pas sa langue dans sa poche. Des forces de l’ordre seront-elles effectivement présentes à l’intérieur de la salle ? Michel-Ange Gédéon n’écarte pas cette possibilité. « Le périmètre interne ne dépend pas de la police. Cependant, si le président du Sénat sollicite notre présence à l’intérieur, nous sommes prêts à répondre positivement », a annoncé le patron de la PNH.

Un important dispositif de sécurité, pour une séance de ratification suspendue à deux reprises en raison des perturbations provoquées par des sénateurs de l’opposition qui menacent de récidiver.

Entretemps dans une circulaire en date du mercredi 29 mai 2019, le secrétariat général du Sénat annonce l’adoption de plusieurs autres dispositions. Des employés dispensés de se présenter, des visites personnelles interdites, des journalistes contraints de rester en dehors de la salle de séance… le président du bureau, Carl Murat Cantave, veut user de tous les moyens à sa disposition, pour garantir le bon déroulement de la séance.

Cependant, tôt ce jeudi matin, les quatre sénateurs de l'opposition sont passés à l'action. La salle de séance du Sénat a été complètement saccagée par ces derniers qui s'opposent à toute séance de ratification de la politique générale du Premier ministre nommé, Jean Michel Lapin, à la tête d'un gouvernement qu'ils qualifient d'inconstitutionnel. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :