Jeudi 23 May, 2019

Canadien condamné à mort: la Chine reste ferme face à Trudeau

Photo fournie par le tribunal de Dalian le 14 janvier 2019 du Canadien Robert Lloyd Schellenberg (c) condamné à mort pour trafic de drogue lors de son procès à Dalian, dans le nord-est de la Chine / HO/AFP

Photo fournie par le tribunal de Dalian le 14 janvier 2019 du Canadien Robert Lloyd Schellenberg (c) condamné à mort pour trafic de drogue lors de son procès à Dalian, dans le nord-est de la Chine / HO/AFP

La Chine a défendu mardi avec véhémence la condamnation à mort d'un Canadien pour trafic de drogue, renforçant une escalade diplomatique avec le Canada, décrite par des experts comme "une politique de l'otage".

Les relations entre Pékin et Ottawa sont tendues depuis l'arrestation début décembre à Vancouver -- sur demande américaine -- de Meng Wanzhou, la directrice financière et fille du fondateur du géant chinois des télécoms Huawei.

Le cas de Robert Lloyd Schellenberg, arrêté en 2014, a alors soudainement refait surface. Il avait été condamné en première instance en novembre à 15 ans de prison. Mais fin décembre, le tribunal qui traitait son appel a ordonné un nouveau procès, estimant la peine trop "indulgente".

La rapidité avec laquelle le Canadien a été rejugé et condamné suscite la suspicion parmi les observateurs étrangers.

- Il fera appel -

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a réfuté toute politisation de l'affaire, qualifiant les accusations de "malveillantes".

Mme Hua a appelé M. Trudeau à "respecter la souveraineté judiciaire de la Chine, à corriger ses erreurs et à cesser de tenir des propos irresponsables".

Après le verdict, Ottawa a appelé ses citoyens se rendant en Chine à y faire preuve de "grande prudence" face au "risque d'application arbitraire des lois locales".

- 'Grave erreur' -

En appel, la juridiction supérieure aura trois options: confirmer la condamnation à mort, prononcer une peine capitale "avec sursis" (qui équivaut à la prison à vie) ou accorder une réduction de peine, explique Mme Lewis.

Par ailleurs, la situation actuelle des Canadiens arrêtés en Chine en décembre reste inconnue.

Meng Wanzhou a été libérée sous caution mais reste sous surveillance à Vancouver, dans l'attente d'une éventuelle extradition vers les États-Unis.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :