Jeudi 24 Janvier, 2019

Venezuela: C. Chalmers et M. Jean-Charles critiquent le vote d’Haïti

Haïti n’a pas supporté le Venezuela ce jeudi lors d’une réunion extraordinaire du Conseil permanent de l’OEA sur la situation de la République bolivarienne. Deux leaders politiques qui se réclament "de la gauche’’ critiquent ouvertement le choix diplomatique d’Haïti qui, selon eux, aura des lourdes conséquences sur les relations Haïtiano-vénézuéliennes.

Lors de la réunion du Conseil permanent de l’OEA, Haiti s'est rangé aux côtés de 18 autres pays votant contre le second mandat de Nicolas Maduro réinvesti jeudi. Par cet acte, le pays « ne reconnaît pas la légitimé de Nicolas Maduro » réélu en mai 2018 au terme d'un scrutin contesté. 

La position d’Haïti aura de grandes conséquences, prédit Jean-Charles Moise. Selon le leader de Pitit Dessalines, en tout premier lieu, le pays perdra la confiance des autres Etats de l’hémisphère. Ensuite, dit-il, ce geste ne sera pas sans conséquence sur les relations diplomatiques entre les deux pays. « Haïti a raté l’occasion d’un vote historique et de se montrer solidaire à ce pays qui lui a tellement soutenu », déplore l’ex-sénateur du Nord.

Pour sa part, le Secrétaire général de la Plateforme de Plaidoyer pour un Développement Alternatif (PAPDA) déclare qu'il ne s’agit que de tractation. « Cette résolution prise dans le cadre de la première rencontre extraordinaire de l’OEA pour l’année 2019 ne vise que la déstabilisation et l’anarchie au Venezuela », dit-il.

Camille Charlmers voit dans cette décision une volonté des pays impérialistes à isoler le Venezuela sur la scène internationale. Pour lui, les élections qui ont porté Nicolas Maduro au pouvoir étaient transparentes et crédibles. Et que, ce n’est pas à l’OEA de les remettre en question.

En mars 2017, lors d’une rencontre de l’Organisation des États américains, Haïti avait pourtant apporté son soutien au peuple vénézuélien, dénonçant le rapport du secrétaire général de l’OEA qui appelait à la suspension de la République bolivarienne de l’organisation et à des élections anticipées au Venezuela. Ensuite, le 23 mai, le président Jovenel Moise avait salué la réélection du président Maduro.

Dans sa déclaration, jeudi 10 janvier, le Représentant d’Haïti à l’OEA, Léon Charles, a indiqué que « la République d’Haïti croit fermement que le triomphe de la gouvernance démocratique demeure la voie royale en vue de faire face à la situation de crise qui prévaut au Venezuela ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :