Jeudi 22 Octobre, 2020

Caelle Jean-Baptiste: se servir de son chagrin personnel pour tendre la main aux autres

Caëlle Jean-Baptiste, pharmacienne, "host" de l'émission SOS Solitude sur RTVC depuis 12 ans. Crédit photo: Caëlle Jean-Baptiste

Caëlle Jean-Baptiste, pharmacienne, "host" de l'émission SOS Solitude sur RTVC depuis 12 ans. Crédit photo: Caëlle Jean-Baptiste

Comment trouver les mots et l’énergie nécessaires pour aider les autres à remonter la pente à pas rassurés ? Caëlle Jean-Baptiste en sait quelque chose. 

Pharmacienne de formation, Caëlle Jean-Baptiste est cette femme qui, depuis 12 ans, monopolise l'antenne de radio Caraïbes tous les vendredis soir pour son émission intitulée : "SOS Solitude". Cette dernière, mère de trois enfants jusqu'en 1998, a perdu son fils aîné le 24 février de la même année dans un incident impliquant le char du groupe RAM sur le parcours carnavalesque.

Transporté d’urgence à l'hôpital, le jeune homme alors âgé de 17 ans, n'y a pas survécu. Remise de son deuil qu’elle a transformé en force intérieure, Mme Jean-Baptiste s’est depuis convertie en experte conjugale pour aider à des milliers d’auditeurs de répondre aux besoins émotifs urgents.

 « D'avoir connu un chagrin profond, cela a attiré mon attention sur le fait qu'on ne sache pas vraiment comment tendre la main à ceux qui ont connu un instant de détresse à une période de leur vie », raconte-t-elle à la rédaction de Loop Haïti.

« Moun yo panse se sèlman premye jou yo moun nan bezwen akonpayman », ajoute-t-elle, dans une voix teintée de regret. Elle confie en effet que le choc suivant une tragédie dans la vie de quelqu'un peut être si grand qu'il peut anesthésier la personne au point de l’immuniser.

« Jodi a m ap mande tèt mwen kijan m te fè al nan antèman sa a, e fè diskou anplis", se questionne-t-elle, perplexe.

Lire aussi : Mòskòy, un maître dans l’art de la jonglerie en Haïti

Cet événement morose n'est pas sans incidence sur la vie et les habitudes de Mme Jean-Baptiste, quoiqu'ayant au fil du temps surmonté cette lourde épreuve. Jusqu’à date, elle prend rarement part aux funérailles sinon à celles de ses proches.

Au service des autres

Par ailleurs, Jean-Baptiste est maintenant reconnue pour être celle qui attise la flamme parfois presqu'éteinte de certaines relations amoureuses, tant en Haïti qu'à l'étranger. Comment? Il n'y a qu'à brancher sur radio Caraïbes tous les vendredis soir entre 22h pm et 2h am, et prendre note du nombre de gens qui sont en quête d'une oreille attentive, d'un conseil, et parfois d'une rassurance par rapport à une décision qu'ils veulent prendre. Ils s'en remettent à elle qui se fait toujours un plaisir de les aider à chaque fois.

En effet, ce rendez-vous hebdomadaire pris avec elle est pour les auditeurs une occasion de se débarrasser de leurs incertitudes, partager leurs déboires amoureux avec la "host" de l'émission, se confier, lui demander conseil en cas de besoin. Certaines histoires font parfois l'objet de discussion pendant des semaines, et d'autres auditeurs appellent pour donner leur avis.  

Entretenir pareille émission n'est toutefois pas une sinécure. Elle essuie parfois des critiques et commentaires allant à l'encontre de ce qu'elle aurait espéré. D’aucuns l'accusent d'avoir brisé leur couple jusqu’à provoquer la perte de leur relation.

« M ap plis reyisi sove koup la si se ak gason an m pale tank se ak fi a », confie celle qui croit que la concurrence féminine empêchera à une femme de prendre conscience du problème et de chercher à le résoudre.

« Caelle la sèlman nèg la ap di, ap deja gen yon pwoblèm", continue-t-elle. En dépit de ces quelques histoires déconcertantes, elle croit quand même que ses auditeurs l'écoutent et mettent ses conseils à exécution. Ses formations et séminaires suivis tant sur la psychologie et le développement personnel, constituent aussi des armes sur lesquelles elle peut compter pour surseoir ses interventions.

L’histoire rocambolesque de l’émission

Depuis la nuit des temps une idée d'émission turlupinait Jean-Baptiste. Elle concoctait déjà un plan minutieux, à savoir le jour et l’heure de diffusion, son intitulé. Un seul accroc, trouver le canal approprié.  

Invitée sur les ondes de radio Caraïbes un samedi après-midi pour animer une émission aux côtés d’un ami, elle y a vendu la mèche. Patrick Moussignac, le PDG de la station, a intercepté la balle au bond et l’a saisi avec tact. On se voit vendredi ?, demande Moussignac. La réponse ne se faisait pas attendre : Oui.

Lire aussiErnst St Rome, ce marionnettiste qui fait flotter le bicolore haïtien

Une opportunité venait de se présenter à elle, et c'est ainsi qu'elle a débuté le vendredi d’après qui était un Vendredi Saint avec l’émission appelée : SOS Solitude. Depuis, elle poursuit cette aventure qui compte déjà une douzaine d’années sur les ondes de la station mythique de la rue Chavannes, veille d’une soixantaine d’année avec un fort taux d’écoute.

Avec SOS Solitude, Jean-Baptiste n'est pas à son premier coup d'essai dans les médias. Elle a tenu l'émission "Bonjour les amis" qui allait devenir "Entre amis" sur RTNH, la station d’État, "Parenthèses" sur radio Magie, et "Sincèrement vôtre" sur Canal bleu. Autant de plateformes qui ont permis à Jean-Baptiste de se faire un nom, et d'avoir un beau public qui lui est resté fidèle.

SOS Solitude était aussi diffusée à une époque sur radio Énergie les mardis soir. Aujourd’hui, RTVC à elle-seule détient les droits exclusifs de cette production diffusée les vendredis soir. L'oreille aux aguets, les auditeurs sont à l'affût de ce timbre vocal auquel ils se sont peu à peu habitués et qui les changera de leur routine hebdomadaire en journée.

Parallèlement à son émission et à sa pharmacie, soit dit en passant qu'elle tient toujours, Jean-Baptiste est aussi rotarienne. Elle est président de Rotary International Delmas-Aéroport, cette organisation qui regroupe des professionnels qui se sont mis ensemble pour entreprendre des œuvres caritatives au sein de la communauté.

Caëlle Jean-Baptiste a déjà essayé au cinéma dont elle a tenu un rôle dans le long-métrage à succès « La peur d’aimer » de Reginald Lubin en 2000. Elle a aussi fait un coup d’essai en tant que productrice pour le film « Maman, j’aime ton amant » en 2007. Une vie jouxtant des scènes fictives aux réalistes.

Darline Honoré  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :