Dimanche 13 Octobre, 2019

Budget 18/19: le parlement devrait coûter plus de 5 milliards de gdes

Sénateurs et députés coûtent ensemble chaque année plus de 20 millions de gourdes au trésor public pour salaires et avantages sans les subventions, selon l'OCID, alors que les parlementaires ne respectent pas le quota de séances qu'ils devraient tenir chaque semaine, note le dernier rapport. 12 au total en raison de 3 par semaine.

Sénateurs et députés coûtent ensemble chaque année plus de 20 millions de gourdes au trésor public pour salaires et avantages sans les subventions, selon l'OCID, alors que les parlementaires ne respectent pas le quota de séances qu'ils devraient tenir chaque semaine, note le dernier rapport. 12 au total en raison de 3 par semaine.

Dans le projet de loi de finances 2018-2019, la part réservée au sénat est évalué à 2,24 milliards de gourdes, tandis que la chambre basse a une enveloppe de 3,54 milliards. En somme, plus de 5 milliards de gourdes seront alloués au parlement dans le projet de budget déposé mardi 11 décembre par le ministre de l’Économie et des Finances aux deux branches du pouvoir législatif.

L’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie, analysant la performance des hommes de lois, dresse sur une base hebdomadaire, un rapport de leurs travaux au parlement. Les conclusions de cette enquête menée par l’OCID révèlent qu’au fond, les parlementaires ne travaillent pas, ne respectent pas le quota de séances à tenir par semaine, alors qu'ils coûtent 20 millions de gourdes au trésor public pour salaires et avantages, sans les subventions.

Cette somme ne prend pas non plus en compte les six consultants embauchés par un sénateur et les 4 engagés par un député à la charge du trésor public. Pour quels résultats ?, s’interroge Abdonel Doudou de l’OCID. Pour le membre du comité directeur de cette entité, le bilan des travaux du parlement est maigre. Les parlementaires ne travaillent pas ou peu.

Le dernier bilan hebdomadaire de l’Observatoire sur les activités du parlement a pris en compte la semaine du 10 au 14 décembre.

« […] une seule séance plénière a été réalisée au Sénat de la République. Cette dernière a eu lieu le mardi 11 décembre. Elle a démarré avec seize (16) Sénateurs, juste le quorum nécessaire, qui ont été présents au premier appel nominal », lit-on dans le rapport.

Août et septembre 2018, le sénat n’a fait qu’une séance plénière. Même constat pour les députés en juin et septembre. Alors que, affirme Abdoul intervenant à Magik 9 et cité par Le Nouvelliste, chacune des deux chambres devrait organiser 12 séances par mois, en raison de trois par semaine.

Cet écart entre la performance du parlement et ce qu’il coûte au trésor public discrédite encore une fois les parlementaires, perçus par une bonne partie de la population, comme oisifs et grands dépenseurs, médiocres. Abdoul croit que la société civile, les partis et organisations politiques, ainsi que les citoyens devront exiger plus des élus plus de transparences et devront être plus vigilants.

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :