Dimanche 22 Septembre, 2019

BRH : 64% des réservations d’hôtels pour Février 2019 ont été annulées

L’hôtel NH El Rancho.

L’hôtel NH El Rancho.

La Banque de la République d’Haïti a révélé, dans sa dernière note de politique monétaire pour le deuxième trimestre de l’exercice fiscal 2018-2019, que 64% des réservations pour le mois de février 2019 ont été annulées. Une enquête avait été réalisée par la Direction Monnaie et Analyse économique auprès de 23 hôtels et a abouti à la conclusion que les troubles politiques ont eu un impact négatif sur l’hôtellerie et le tourisme, secteurs porteurs de richesses et de croissance économique.

La Banque Centrale a aussi souligné une réduction du nombre de vols des compagnies aériennes sur Haïti, secoué par une vague de manifestations violentes et d’émeutes visant à renverser le chef de l’État Jovenel Moïse. L’industrie du tourisme était l’une des plus touchées : outre les lignes aériennes, plusieurs agences en ligne de voyage avaient retiré le pays de leur liste de destination. Le Département d’État Américain avait, face à la montée de l’insécurité enregistrée lors de ces mouvements de rue, imposé sur Haïti son alerte à niveau 4, déconseillant les visiteurs étrangers à y venir.

Plusieurs recommandations ont été avancées par des professionnels et spécialistes en la question autour d'une relance du tourisme dans un pays à l'économie rachitique. Lors d’une conférence organisée vendredi 15 mars à l’université Quisqueya après ces moments de troubles civils, Andy Durosier, Directeur du ministère du Tourisme, a mis l’accent sur le « rôle des pouvoirs publics dans la mise en place de stratégies et de mécanismes pouvant développer l’industrie. Daniel Denis a évoqué les concepts de produit touristique et de branding dans la définition d’une destination.

L’intervenant Jean Marie Altema a plutôt parlé du rôle des technologies dans la promotion, la production et la commercialisation du produit touristique.

Mais si les conditions de sécurité et de climat de paix ne sont pas réunies, les étrangers ne viendront pas investir leurs capitaux, selon les propos tenus par Pierre Espérance, Directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains. (Lire cet article).

Cette relève sera d'autant plus difficile que le Département d'Etat a récemment mis Haiti sur une liste de 35 pays où le risque d'enlèvement et de prises d'otages est élevé. La tâche devient de plus en plus ardue, de l'avis du spécialiste Carlo Chancelien, surtout qu'on nage en pleine gouvernance provisoire. 

Lire : Haïti parmi 35 pays à éviter pour risque de kidnapping

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :