Jeudi 19 Juillet, 2018

Brésil: retranché, Lula négocie et gagne du temps

L'ex-président brésilien Lula, retranché au siège d'un syndicat entouré de ses militants, négociait vendredi soir avec la police avant éventuellement de se présenter aux autorités pour commencer à purger une peine de 12 années de prison.

"Une discussion est en cours entre la police et les avocats de l'ex-président. L'idée est d'éviter que le juge ordonne son arrestation, ce qui compliquerait la situation. Rien n'est joué pour l'instant", a déclaré à l'AFP un député du Parti des Travailleurs (PT), Carlos Zarattini.

En tête des intentions de vote pour l'élection présidentielle d'octobre, Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, était censé se rendre au siège de la police fédérale de Curitiba, dans le sud du Brésil, à 17h00 heure locale (20h00 GMT).

Mais au moment où ce délai a expiré, il se trouvait à plus de 400 kilomètres de là, au siège du syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo, qu'il a dirigé dans les années 1970, au coeur de la dictature militaire.

Une porte-parole de la justice fédérale a indiqué à l'AFP que Lula ne pouvait pas être considéré comme un fugitif, n'ayant pas "désobéi à un ordre judiciaire". Elle a souligné que le mandat de dépôt stipulait que le juge lui avait donné une "opportunité" de se présenter sans être arrêté.

Le député Zé Geraldo, du Parti des Travailleurs (PT), fondé par Lula dans les années 1980, a affirmé à l'AFP que l'ex-président avait l'intention de passer la nuit au siège du syndicat, où il se trouve déjà depuis jeudi soir.