Lundi 6 Juillet, 2020

Brésil: Bolsonaro, candidat d'extrême droite à la présidentielle, poignardé

Le député d'extrême droit brésilien Jair Bolsonaro, candidat à la présidentielle, en campagne à Ceilandia le 5 septembre 2018

Le député d'extrême droit brésilien Jair Bolsonaro, candidat à la présidentielle, en campagne à Ceilandia le 5 septembre 2018

Le député d'extrême droite Jair Bolsonaro, favori du premier tour de la présidentielle d'octobre au Brésil, a été opéré d'urgence jeudi après avoir été poignardé en pleine campagne par un ancien militant de gauche.

Dans une conférence de presse après l'opération chirurgicale, les médecins ont précisé que le député avait "trois perforations graves à l'intestin" ayant provoqué une hémorragie interne. Il a subi une colostomie.

L'un de ses fils, Flavio Bolsonaro, député de l'Etat de Rio de Janeiro, après avoir d'abord évoqué sur Twitter "des blessures superficielles", a ensuite admis sur son compte: "Malheureusement, c'est plus grave que nous ne le pensions. Prions pour lui".

Il était en pleine campagne, vêtu d'un tee-shirt jaune et saluant la foule dans une rue bondée de Juiz de Fora, quand il a été attaqué, un événement rare dans une campagne présidentielle au Brésil, pays pourtant très violent.

Un porte-parole de la police militaire du Minas Gerais a annoncé à l'AFP que le suspect, un homme de 40 ans, avait été immédiatement arrêté. Il a précisé qu'il "portait un couteau enveloppé dans un tissu".

L'agresseur a milité au sein du parti de gauche PSOL de 2007 à 2014, a confirmé à l'AFP le Tribunal supérieur électoral (TSE), et il a dit avoir agi "pour accomplir une mission de Dieu".

Le président Michel Temer a demandé en soirée au ministre de la Sécurité, Raul Jungmann, "un renforcement de la sécurité des candidats et une enquête rigoureuse", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la présidence.

C'est ce qu'a indiqué le premier sondage réalisé après la récente invalidation de la candidature de l'ex-président Luis Inacio Lula da Silva, jusque-là grand favori malgré sa condamnation à plus de 12 ans de prison pour corruption.

- "Punition exemplaire" -

Le président Temer et les candidats à a présidentielle ont rapidement condamné l'attaque contre le député d'extrême droite.

L'écologiste Marina Silva, en 2e position dans les sondages derrière M. Bolsonaro (12%) pour le premier tour, a jugé cette attaque "inadmissible" et a évoqué "un double attentat, contre son intégrité physique et contre la démocratie".

L'ex-gouverneur de Sao Paulo a espéré que "l'enquête sur l'attaque subie par le député Jair Bolsonaro sera rapide, et la punition exemplaire", tout en souhaitant un "prompt rétablissement au candidat".

L'attaque contre M. Bolsonaro "pourrait redéfinir le processus électoral", a dit à l'AFP l'analyste Thiago Vidal, qui n'exclut pas que M. Bolsonaro "pourrait être en meilleure position".

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :