Vendredi 19 Juillet, 2019

Bolsonaro devient président, le Brésil bascule dans l'inconnu

Une nouvelle ère s'ouvre mardi au Brésil, jour de l'investiture en grande pompe du président d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui a suscité énormément d'attentes avec ses promesses de rupture de l'ordre établi, mais aussi de nombreuses inquiétudes.

Ancien parachutiste et député au style iconoclaste, Jair Bolsonaro, 63 ans, s'est fait élire avec 55% des suffrages le 28 octobre, en promettant une lutte sans merci contre la corruption et la criminalité.

L'acte officiel qui fera de lui le 38e président du Brésil sera paraphé dans l'hémicycle de la Chambre des députés, où Jair Bolsonaro signera le registre officiel, un petit livre vert, comme tous les chefs de l'Etat brésilien avant lui.

Mais le moment le plus attendu sera la montée de la rampe du Palais du Planalto, où il recevra des mains de son prédécesseur Michel Temer l'écharpe présidentielle, une pièce de soie jaune et verte, sertie d'or et de diamants.

La tradition veut que le futur chef de l'Etat fasse le déplacement entre les deux places fortes du pouvoir brésilien à bord d'une Rolls-Royce décapotable, mais il pourrait opter pour une voiture blindée pour éviter tout risque d'attentat.

Jair Bolsonaro ayant frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche en plein bain de foule le 6 septembre dernier, les autorités n'ont rien laissé au hasard.

Entre 250.000 et 500.000 personnes venues de tout les pays sont attendues sur ce lieu emblématique où sont concentrés tous les pouvoirs de Brasilia, ville futuriste au plan en forme d'avion sortie de l'imagination de l'architecte Oscar Niemeyer et de l'urbaniste Lucio Costa au début des années 60.

"Je suis venue de Sao Paulo et je suis très heureuse à l'idée d'assister à un moment si émouvant, nous nous attendons à un changement radical", a affirmé lundi à l'AFP Madalena Albanez Figuereido, vendeuse de 22 ans.

La première puissance d'Amérique Latine se prépare à un virage à 180 degrés, aussi bien sur le plan économique, que diplomatique ou des questions de société.

Il a aussi affirmé que ses premières mesures viseraient à "débureaucratiser au maximum" et à "retirer tout le poids de l'Etat qui pèse sur ceux qui produisent".

Sont également attendues dès les premiers jours de son mandat des mesures fortes sur le plan économique, son gourou ultra-libéral Paulo Guedes préconisant notamment un vaste plan de privatisations.

L'un des invités de marque à Brasilia est le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Ce dernier a révélé dimanche à Rio que Jair Bolsonaro lui avait confirmé qu'il transfèrerait bien, tôt ou tard, l'ambassade brésilienne de Tel-Aviv à Jérusalem, suivant les pas du président des Etats-Unis Donald Trump.

Cette rencontre devrait porter sur la décision de Washington de retirer les 2.000 soldats américains déployés en Syrie.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :