Mercredi 22 Novembre, 2017

BIC : « Les lois doivent être votées pour tous »

La musique « Pote kod », disponible sur YouTube, annonce la sortie prochaine de son dernier disque programmée pour 2018, selon ce qu’il a confié à Loop Haïti.

Alors que le béton est encore chaud, alors que des pro-Moïse Jean-Charles soulèvent la poussière noire de vieux pneus calcinés, BIC, fatiguée des incessantes scènes de casses qui jalonnent notre histoire de luttes, épingle dans « Pote kod », sa dernière chanson, le parlement haïtien, les hommes de loi qui sont appelés à voter des lois en faveur de ceux qui les ont élus. L’artiste plaide contre leurs exclusions dans les décisions politiques.

On retient de son dernier titre un beat lancinant, une sonorité un peu trop molle aux goûts de ses groupies fous de pop ou de rap bien tranchés, des paroles mutines mais plates que le producteur (Dr. Tchon) mâtine à la voix cabossée de Don Kato (que l’on entend hurler au parlement haïtien Bare volè). Bombe mal lâchée ? L’urgence du studio, le mache prese de l’enregistrement semblent avoir primés, peut-être pour une fois, sur son talent de compositeur, de brasseur de mélodies teintées de pop, reggae, rap.

Mais on retrouve encore un BIC, égal à lui-même dans la mesure où il taille des hymnes pour secouer les consciences endormies ou étourdies. Dans « Pote kòd », on aurait dit qu’il tacle le parlement. Qu’il pointe du doigt ceux qui votent les lois. « Elles doivent être votées pour tous », déclarait-il à Loop Haïti.  « Nan zafè lalwa, chak ayisyen gen lalwa bouch yo. Nan lwa sou lamanjay,  yo ba nou fouchèt et yo gen louch yo. Si pep la vote nou pou vote lwa pou li, grenn vòt li a pa dwe tounen yon fwèt pou li », dit-il dans « Pote kòd » dont il assume l’écriture des paroles.

Cette musique, qui en dit long sur sa position d’artiste engagé (à bien l’écouter) annonce la sortie en 2018 de son prochain disque, selon ce qu’il a confié au journal ce mercredi après-midi au téléphone.