Mercredi 3 Juin, 2020

Bandage à la main, Jean Jean Roosevelt poursuit la sensibilisation

L'artiste haïtien Jean Jean Roosevelt en pleine sensibilisation à Morel dans le département de l'Ouest le 8 avril 2020. /Jean Jean Roosevelt/Twitter

L'artiste haïtien Jean Jean Roosevelt en pleine sensibilisation à Morel dans le département de l'Ouest le 8 avril 2020. /Jean Jean Roosevelt/Twitter

3 avril, l’artiste Jean Jean Roosevelt s’était contraint d’arrêter momentanément la campagne de sensibilisation au Coronavirus qu’il a entreprise à la fin du mois dernier à Jérémie, chef-lieu du département de la Grand’Anse où il fut né.

C’est l’histoire d’un homme qui ne se laisse pas abattre par les imprévus et les traquenards de toute sorte croisés en chemin. Ce n’est pas l’épisode du trois (3) avril au marché Salomon (au sud-est de la capitale) ou ce dernier s’est fait brutaliser par des agents pour un forfait qu’il n’a pas commis.  

« Never give up ! », écrit-il, hier, sur le réseaux Twitter en annonçant- photo à l’appui- la reprise de la campagne contre le Covid-19- cette fois dans le département de l’Ouest, dans une petite communauté dénommée Morel qui se situe entre Léogâne et Grand Gôave.

Lire aussiÀ Jérémie, Jean Jean Roosevelt distribue "bokit", mégaphone et chlore

« J’ai repris mon mégaphone. Lavez vos mains. Restez chez vous. Coronavirus n’est pas un jeu d’enfant », des indications claires et précises fournies par le champion des Jeux de la Francophonie dans la catégorie musique à Nice en 2013.

Ce jeudi matin, la rédaction de Loop Haïti l’a rejoint au téléphone, et il s’est prêté, sans broncher, au jeu de questions-réponses.

Pourquoi continuez-vous à se battre ?, lui a-t-il été adressée.

« Je ne vais pas me laisser abattre par deux individus malintentionnés et mettre frein à une lutte à laquelle j’y tiens », répond-il, sans langue de bois- même pas une once de haine dans la voix.

Lire aussiJovens Antoine, le médecin haïtien sur un char musical pour sensibiliser la Grand’Anse au coronavirus

Il aurait été plus prudent de ne pas s’attaquer à Jean Jean Roosevelt parce que cela peut réveiller la force sommeillant en lui.

« Ce qui m’est arrivé est certes un signe d’humiliation, mais cela ne m’a pas ébranlé. Je tiendrai le flambeau et la même énergie pour la sensibilisation », fait-il savoir.

S’il a regagné ses pénates pour continuer ce qu’il a déjà entamé, il n’a pas pourtant abandonné les poursuites pénales.

« Je déposerai une plainte au tribunal demain [vendredi, ndlr] », prévient-il.

« Je trouverai justice ! », parie ce dernier.  

Lire aussiLa commune de Dame-Marie, un havre de paix à découvrir absolument

Il est d’usage d’hésiter sept fois avant de prêter confiance à la justice du pays, mais pourquoi ne pas croiser les doigts cette fois pour que la femme aux yeux bandés s’y mette au service de la veuve et l’orphelin ?

Remonté, Roosevelt ne piétine pas pour autant l’institution policière. « La Police est une institution prestigieuse, nombre de policiers font un travail sérieux », reconnaît celui parmi les premiers artistes haïtiens à prêter sa voix à la sensibilisation sur la pandémie dans le pays.

D’ailleurs sa vidéo n’est-elle pas la plus connue et reprise en chœur jusqu’à date ? Les enfants peuvent en témoigner.

Une contribution dont il n’est pas peu fier, confie-t-il.

Websder Corneille

Twitter@webscorneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :